Et si le NAS tombe en panne, est-ce que je perds toutes mes données ?

Si le NAS tombe en panne, que se passe-t-il pour mes données ? Cette question, on me la pose régulièrement sur le forum ou encore hier sur Twitter. Avec un boitier Synology, Qnap, Asutor ou autre, la réponse est la même : si les disques durs fonctionnent toujours, alors il est tout à fait possible de récupérer les données.

frog - Et si le NAS tombe en panne, est-ce que je perds toutes mes données ?
Crédits : Alexas_Fotos/pixabay

Récupération des données

Pour certains, ce sera un rappel. Pour les autres, cela permettra de les rassurer. Commençons par un petit rappel : un NAS, c’est bien plus qu’un disque dur en réseau. C’est un véritable serveur et il est aussi possible d’y ajouter de nombreuses fonctionnalités : station de téléchargement, site web, cloud privé, surveillance avec des caméras IP, suite bureautique, serveur d’impression, serveur multimédia, etc. Si un NAS tombe en panne (même si c’est rare), les données sont encore présentes sur le/les disques durs. Il existe plusieurs méthodes pour récupérer ses données. Je vous propose de découvrir 3 méthodes.

Simple et couteuse

Pour récupérer les données d’un NAS, le plus simple, c’est de reprendre un autre modèle du même constructeur. En effet, dans ce cas de figure, il vous suffit de remettre les disques dans le nouveau boitier et de redémarrer. Le NAS rentrera dans un mode migration. En moins de 10 minutes, vous retrouverez votre NAS sur le réseau avec l’intégralité de vos données et applications. Malheureusement, cette solution est très couteuse. Cependant, lorsqu’on a gouté à un NAS à la maison… difficile de revenir en arrière et vivre sans.

Difficulté moyenne, mais pas ou peu couteuse

La plupart des NAS du marché fonctionnent sous Linux. Le système a été modifié et optimisé pour le stockage des données. Aussi, le système RAID est normalisé (y compris le SHR de Synology). Enfin, les systèmes de fichier proposés sur les NAS sont classiques également (ext3/ext4/Btrfs). Directement dans votre tour ou grâce à un boitier ou station USB, vous allez brancher le disque dur. Attention à ne pas formater le disque au démarrage de Windows. Ensuite, vous pouvez utiliser un logiciel dédié pour accéder aux données. Il en existe beaucoup (gratuit et payant). Il y a quelques années, j’avais rédigé un tuto réalisé grâce à Linux Reader (gratuit), mais il existe aussi d’autres logiciels.

dossiers - Et si le NAS tombe en panne, est-ce que je perds toutes mes données ?

La récupération n’est pas trop couteuse (voire gratuite), mais la méthode ne fonctionnera que pour les disques paramétrés en mode Simple (single), JBOD, RAID 0 ou RAID 1. Pour du RAID5 ou supérieur, il faudra passer par un logiciel payant et un ou plusieurs docks USB (sauf si vous avez de la place dans votre tour..

Complexe, mais gratuit

Comme indiqué précédemment, les systèmes sur les NAS sont généralement Linux et ils utilisent des solutions standards. Il est alors possible de récupérer les données présentes sur les disques durs en les branchant directement sur un ordinateur avec Ubuntu par exemple (possibilité d’utiliser un Live-CD ou une clé USB). Là encore, le montage des disques est assez facile sous Linux (3 à 4 commandes suffisent dans la plupart des cas) pour retrouver vos données.

Si vous avez un RAID5 ou supérieur, là aussi il est possible remonter le volume grâce à la distribution Linux. Toutefois, il faudra de la place dans votre tour pour y installer les disques ou acheter un ou plusieurs docks USB par exemple. Les commandes sont un peu plus complexes, mais c’est faisable.

Conclusion

Si un NAS tombe en panne, il est toujours possible de tenter de récupérer les données. Les possibilités sont nombreuses : acheter un nouveau NAS, brancher le disque sous Windows et un logiciel spécialisé, passer sous Linux.

Pour terminer, sachez que si vous avez besoin d’aide… vous pouvez compter sur la communauté Forum des NAS.

    1. oui et non… tous les raid sont repartis sur plusieurs disques, (on oublie le raid0 dans les nas), le raid 1 –>2 hDD, le raid5 –> minimum 3 HDD.

      La récupération des données sur le raid 1 est très simple, elle est plus complexe quand ont a plus de disques.

      Après, je ne cesse de le rappeler, mais avoir un NAS ne vous donne pas de raison pour ne pas avoir de backup au moins des données essentielles !

    2. Comme l’indique webmail, avec un RAID1 et SHR (2 disques), il n’y a aucun souci. Il suffit de prendre l’un des disques.

      A partir de 3 disques et plus (RAID5 et supérieur), c’est pratiquement la même chose. Par contre, il n’y a pas de solutions gratuites sous Windows (à ma connaissance)… mais aucun souci avec Linux 😉

      1. Dans ce dernier cas, ca implique donc de brancher par exemple tous les disques sur une machine pour pouvoir récupérer l’ensemble des données ?

        1. Exemple : Si tu as un RAID5 avec 3 disques alors tu pourrais ne brancher que 2. J’avoue, je n’ai jamais tenté. Toutefois, je l’ai fait avec 3 disques et sous Linux j’ai pu accéder aux données.

  1. tous les disques -1, je pense que si tu as un R5 de 3disques, avec 2 disques tu t’en sors, vu que le raid5 est en mode dégradé à x disques -1 mais reste utilisable

  2. Expérience personnelle avec DS1515+, le syno a planté une nuit sans raison apparente après 3ans de bon et loyaux services. J’ai envoyé un message sans trop de conviction (garantie 2 ans) au SAV de Synology qui m’a expliqué que certains modèles DS1515+/DS1815+ avait un défaut connu et il étendait la garantie d’un an pour l’occasion (https://www.synology.com/fr-fr/company/news/article/Synology_Product_Status_Update).
    Après renvoie de mon unité au SAV, et 7 jours plus tard, je reçois un DS1515+ de remplacement tout neuf. J’ai remis les disques au même endroit et après 30 bonnes minutes, il est repartie comme rien ne s’était passé.

    Note à tous : Toujours bien remettre les disques dans les mêmes rack pour ne pas casser le RAID

    1. Par contre, sur un ReadyNas et suite à un crash d’un des disques dur (RAID1) après un plantage du NAS. J’ai perdu toutes les données car c’était un raid propriétaire et les lecteur était illisible sous linux …

  3. Merci pour cet article,
    Après ça lecture, je me pose les questions suivantes :
    En cas de vol de HDDs, le voleur peux accéder facilement a nos fichiers avec ces méthodes ?
    – Si les dossiers partagée sont encryptés, peut il y accéder aussi facilement ?
    – Pouvez vous me dire, si avec la première méthode ( nouveau NAS identique), une réactivation et un reset du mot de passe du compte admin est faite l’hors de la réinitialisation ?

    Merci

  4. Comme sur un ordinateur, si le chiffrement des données n’est pas activé alors il est possible de lire le contenu (partiel ou complet) d’un disque. Par défaut, un disque provenant d’un NAS est illisible (vu comme non formaté) lorsqu’il est mis dans un PC. L’utilisation d’un logiciel est obligatoire, sauf sous Linux.

    Si un dossier est chiffré (cryptage des données), alors il est impossible de lire le contenu. C’est vrai depuis un ordinateur (tout OS confondu) ou depuis un autre NAS.

    Quand on insère les disques d’un ancien NAS vers un nouveau les paramètres sont conservés. Bien sûr, il est toujours possible par la suite de faire un RESET des paramètres du NAS (par exemple le compte admin) mais cela n’aura aucune incidence sur le dossier chiffré. Il restera illisible.

  5. Je viens de faire un petit essai un peu inquiétant.
    Sur ma DS220+ deux disques en raid1.
    Extraction d’un disque. Le nas continu en mode dégradé.
    Branchement du disque extrait (sain bien sur) à l’aide d’un boitier USB sur la même machine.
    Indication sur DSM dans les accessoires externe.
    Et là… quand je me positionne sur les DD, surprise : Système de fichiers inconnu. Avec une seule option : Formatage (ce que je n’ai bien sur pas fait !) Impossible de voir bien sur mes fichiers sur ce disque… J’ai une autre machine avec Openmediavault et j’aurai du tester si sur debian le disque est exploitable. Mais j’en doute…
    Bref tout cela m’a un peu refroidit. Pire, quand j’ai remis le disque en place… Il m’a fallu réparer le raid. Opération très simple mais très longue si vous avez beaucoup de fichiers car tout est resynchronisé.
    Je comptais plutôt sur mon syno pour mes données importantes. Mais vue cette petite expérience un peu terrible, je pense les déplacer sur ma machine OpenMedia. Car il est hors de question que je paie en plus en cas de crash où que je sois obligé de réinvestir dans obligatoirement la même marque.
    A noter aussi que mon openmedia tourne sur un vieux PC vieux de 14 ans. Une très bonne machine HP à l’époque. Et que j’arrive strictement au même débit (réseau giga) de 100mo/s dans mes transferts que sur ma DS220+ (limite réseau en occurrence). Mais… avec beaucoup moins de latence.
    J’étais très « Syno » et c’est ma troisième machine de la marque. Mais, j’avoue maintenant ne plus être certain de mes choix. Bien sur linux n’est pas ma tasse de thé, mais sans trop de difficulté j’ai pu mettre en place un système équivalent à ce qui me sert sur le synology (base mariadb centralisée pour kodi, stockage, Phpmyadmin etc, etc…). Et puis vu que j’ai un peu pataugé au départ, et que l’installation est rapide, j’ai réinstallé plusieurs fois le système, sans jamais perdre une seule donnée de mes disques de stockage ! Même en testant sur une autre machine.

    Voilà, en bref l’évolution de DSM et du système Synology ne me rassure pas. Il devient de plus en plus exclusif. De plus en plus « made in Syno » et de moins en moins « linux ». Enfin j’en ai plus appris en deux jour pour tous mes tests de openmediavault sur Linux que en 12 ans de possession de machines Synology.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.