QNAP TR-002

Tout savoir sur les drones (ou presque)

Maintenant que nous avons vu les différentes catégories de drone, il est temps de se plonger dans les détails afin de comprendre les principales caractéristiques techniques d’un drone. Il serait dommage d’acheter un drone qui vous faisait de l’oeil et de ne pas pouvoir l’utiliser parce qu’il était écrit “ARF”, un terme que vous aviez négligé, mais qui a pourtant toute son importance. Voyons tout cela ensemble…

Parler le drone comme un pro…

Nous devons être sûr de parler le même langage. Pour cela, voici des termes couramment utilisés lorsque l’on parle du mouvement d’un drone :

  • Pitch : “Tangage” en français, c’est le mouvement de bascule d’avant en arrière (ex.: dire oui avec la tête).
  • Yaw : “Lacet” en français, c’est le mouvement de rotation de gauche à droite (ex.: dire non avec la tête).
  • Roll : “Roulis” en français, c’est le mouvement de bascule de gauche à droite (ex: mimer bof avec la main).
  • Gaz/Altitude : Il faut savoir qu’il existe des drones qui sont stabilisés en altitude : si on lâche les commandes, le drone est capable de tenir son altitude avec plus ou moins de précision. La commande est donc l’altitude pour les drones stabilisés en altitude et la vitesse de rotation des hélices pour les autres.


Et oui ! Ces termes vous disent quelque chose ? C’est normal, ils sont utilisés par les marins et les pilotes d’aviation. Ces mouvements sont contrôlés via la radiocommande, avec des joysticks qui reviennent au centre une fois lâché, sauf pour les drones non stabilisés en altitude qui ont le joystick des gaz sans cet effet de ressort. Ce qui permet de conserver la même puissance de moteur lorsque la commande des gaz est lâchée.

Composants principaux du drone

Nous allons voir rapidement des parties importantes du drone et expliquer leurs caractéristiques afin de mieux les comprendre.

Lipo

On parle ici de batterie Lithium Polymère, c’est le type principal de batterie utilisé dans les drones. C’est elle qui fournit le drone en énergie. La LIPO va déterminer l’autonomie (et en partie la puissance) du drone. La capacité des batteries se mesure en mAh. Par exemple, une batterie de 1 000 mAh pourra fournir un courant de 1 ampère pendant 1 heure (ou encore 0,5A pendant 2 heures). Les batteries sont décomposées en cellules (S). On peut en trouver avec une cellule (1S) ou bien 2 cellules (2S), etc. Chaque cellule a pour tension 3,7V. Sachant que dans une batterie, les cellules sont montées en séries, cela veut dire qu’une batterie 2S aura une tension à ses bornes de 7,4V… 11,1V pour une 3S puis 14,8V pour une 4S, ainsi de suite.

Chaque drone a besoin d’une tension d’alimentation spécifique, donc d’une batterie spécifique.

Le choix d’une batterie se fait donc avant tout en choisissant un montage compatible avec son drone, par exemple 3S. Ensuite, le critère sera la taille pour ceux dont la batterie est à insérer dans le drone. Il existe des formats propriétaires comme sur les drones DJI ou sur les drones PARROT.

Vient finalement le choix de la capacité. Vous pourriez vous dire qu’il suffit de choisir la plus grosse capacité pour voler super longtemps ! Mais il faut savoir que plus la capacité est grande plus la batterie va être grosse, mais surtout lourde ! Votre drone aura certes beaucoup d’autonomie, mais il ne va pas décoller du sol… À moins que vous vouliez faire de votre drone un simple ventilateur. Il faut trouver un compromis entre poids et capacité.

En ce qui concerne les drones racers, on parle beaucoup du taux de décharge. Il s’agit de la capacité maximale d’une batterie à fournir une puissance continue, elle est indiquée en C. Une batterie de 1000 mAh avec un taux de décharge de 50C sera capable de fournir 50 x 1A = 50 ampères en continue sans risquer de prendre feu.

Moteur

Leur caractéristique principale est mesurée en KV. Il s’agit du nombre de tours maximum par minute qu’effectue le moteur lorsqu’on lui applique une tension de 1V. Un moteur 2 400 KV branché à une batterie 1S va tourner à 2400 x 3,7 = 8 880 t/min au maximum.

Récepteur radio

C’est un composant se trouvant sur le drone. C’est lui qui permet à la radiocommande de communiquer avec le drone.

RC

Radiocommande, c’est la manette permettant de contrôler le drone. Elle envoie les informations de commande au récepteur radio qui se trouve sur le drone. Il existe 4 modes différents de RC, chaque mode a une disposition de commande différente :

  • Mode 1 : Le joystick de gauche va servir au Pitch et au Yaw. Il peut donc se pencher en avant et tourner sur lui-même. Le joystick de droite va servir au Roll et au gaz. Il peut donc se pencher sur le côté et accélérer les moteurs / monter en altitude.
  • Mode 2 : Il s’agit a priori du mode le plus utilisé. Le joystick de gauche va servir au gaz et au Yaw. Il peut donc accélérer/monter et tourner sur lui-même. Le joystick de droite va servir au Roll et au Pitch. Il peut donc se pencher de tous les côtés.
  • Mode 3 et 4 : Nous n’allons pas les détailler, car ils sont rarement utilisés.

Modes de vol

Il existe différents modes de vol, qui sont plus ou moins assistés. Selon la gamme de drones, les différents modes ne sont pas toujours tous disponibles. Mais ne sont pas toujours tous utile.

Mode Angle

Il s’agit du mode le plus simple d’utilisation. Il est plus intuitif et moins dangereux. Comme son nom l’indique, la commande se fait en angle (pour le pitch et le roll). Autrement dit, plus le joystick du pitch est poussé, plus le drone va faire un angle important par rapport au sol. Une fois le stick revenu au centre (en le lâchant), le drone va revenir à sa position initiale (à plat). Il y a donc un angle d’inclinaison maximum que le drone ne pourra pas dépasser. Vous ne pourrez donc pas retourner votre drone.

Ce mode est celui qui est utilisé pour les drones vidéo, et est très souvent présent sur les drones “jouet”.

Mode Accro

Ce mode est surtout fait pour les racers, les commandes ne sont plus faites en angle, mais en vitesse de rotation. Je m’explique, plus votre joystick de pitch est poussé, plus votre drone va tourner vite autour de son axe : si vous décalez un peu le joystick du pitch, votre drone va commencer à tourner lentement vers l’avant jusqu’à faire un tour complet, puis deux, etc. Si maintenant vous poussez davantage le joystick, le drone va tourner encore plus vite ! En revanche, si vous relâchez le joystick alors que le drone est à 45°, il va arrêter de tourner et garder cette position.

Il est donc possible de faire des figures avec ce mode, car il n’y a pas de limite en rotation.

Mode Horizon

Ce mode est un mélange des deux premiers. Si vous bouger légèrement vos joysticks, c’est comme si vous voliez en mode Angle. En revanche, une fois passée une certaine position de joystick, le drone passe en mode Accro. Si votre drone se retrouve à l’envers et que vous lâchez le joystick, il va automatiquement passer en mode Angle et donc se remettre à l’endroit. Ce mode permet de voler comme en mode angle, mais de pouvoir faire des loopings.

Option

Mode sans tête
Il s’agit d’un mode semblable au mode angle, sauf que les commandes d’inclinaison (pitch et roll) ne se réfèrent plus à l’orientation du drone, mais à la direction du drone par rapport à sa position de départ.

Un exemple : vous posez votre drone à vos pieds , le drone regarde dans le même sens que vous, vous le faites décoller puis lui faites faire un demi-tour pour qu’il vous regarde. Maintenant vous poussez le pitch, dans tous les autres modes de vol, votre drone va se pencher en avant et va se rapprocher de vous. Cependant, dans le mode sans tête, il sait qu’il est à l’envers. Il va donc reculer afin de prendre la même direction que le joystick. Peu importe l’orientation du drone, il s’éloignera toujours de vous si vous poussez le Pitch.

Ce mode est, d’après moi, fait pour les débutants. Attention toutefois à garder le drone devant vous, car s’il passe derrière vous et que vous vous tournez, les commandes seront inversées.

RTH
Return To Home ou Retour à la maison. C’est un bouton très utile sur les drones équipés d’un GPS. Car une fois pressé, il permet au drone de prendre de l’altitude (pour éviter d’éventuels arbres), de revenir aux coordonnées où il a décollé, puis de se poser. Cela permet de le retrouver si vous le perdez de vue.

Certains drones dépourvus de GPS proposent l’option, mais le drone n’est pas aussi performant. Il se contente de prendre la direction approximative de son point de départ et avance, encore et encore… En espérant que vous le voyez passer pour reprendre le contrôle, sinon vous pouvez lui dire adieu.

Option d’achat

RTF
Ready To Fly (Prêt à voler) : Il s’agit d’un pack tout compris. Il comprend le drone, sa radiocommande, au moins une batterie ainsi que son chargeur.

BNF
Bind and Fly (lier et voler) : Ce pack comprend normalement tout sauf la radiocommande. Il faut que vous possédiez déjà une RC compatible avec le récepteur du drone. Si c’est le cas, il vous suffit d’allumer la RC et le drone, d’appuyer sur le bouton Bind de chacun afin de les synchroniser et vous serez fin prêt à voler.

ARF
Almost Ready to Fly (presque prêt à voler) : Ce pack est un peu plus flou. En effet, il faut bien lire le descriptif du produit pour savoir ce qu’il contient. En général il n’y a que le drone et ce dernier n’est pas équipé de récepteur radio. Avant de voler il faut donc l’équiper d’un récepteur radio compatible avec votre RC et de les “Binder”.

Enfin !

Vous voilà presque bilingue ! Vous pourrez maintenant narguer vos amis en leur vantant vos futurs vols en Accro grâce au taux de décharge impressionnant de la Lipo 4S qui alimente vos moteurs 2 500 KV placés sur votre nouveau drone, que vous avez d’ailleurs dû “Binder” avec votre RC parce qu’il n’était vendu qu’en ARF. *Respiration*.

 

Il reste encore beaucoup de choses à apprendre sur les drones alors on se retrouvera très bientôt !

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.