Créer une alarme avec Domoticz (Partie 1 : le choix du matériel)

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans un précédent article, nous avons abordé comment concevoir un serveur domotique à l’aide d’un NAS Synology et de l’application Domoticz. Nous allons maintenant voir ensemble comment élaborer notre propre système d’ alarme. C’est une alarme maison… Comparée à une vraie alarme, il n’y aura pas de télésurveillance. Pour les pros de la sécurité, un système domotique n’est pas une « vraie » alarme. Oui, une alarme sans fils peut être brouillée. Si vous avez besoin d’un système solide, il faut un système filaire (capteur de portes, détecteur d’intrusion…). Certaines alarmes classiques ont parfois aussi des systèmes sans fil, mais elle fonctionne en bifréquence ce qui la rend plus compliquée à brouiller. Elles disposent également un système de détection du brouillage. Pour cela, elle interroge tous les X secondes les équipements. En cas de non-réponse, une action est réalisée (sirène par exemple). Pour rendre votre alarme plus efficace, on peut ajouter ce mode de fonctionnement sur Domoticz. On appelle cela : la détection de jamming. À cela, il faut ajouter 2 choses importantes. Tout d’abord, avoir un onduleur pour que votre système soit toujours en marche. Ensuite, c’est d’avoir 2 lignes de communication (exemple une box internet et un téléphone mobile). En cas de coupure de l’un des deux, vous recevrez toujours les notifications.
Il faut aussi se demander pourquoi on a besoin d’une alarme, protection de bien de grande valeur, principalement pour les opportunistes. Selon ces critères, il faudra choisir entre la domotique ou l’installation d’une vraie alarme. Pour mon installation (en plus de l’alarme), j’ai aussi 6 caméras… ce qui fait un complément et me permet de m’orienter plus facilement sur ce système.

Nouveau protocole

Comme l’a dit un nos lecteurs « La domotique c’est un peu l’arlésienne ». En effet, notre premier système installé fonctionne avec un boîtier RFLink. Il permet de contrôler plusieurs types d’équipements sur la fréquence de 433MHZ, mais à ma grande surprise, il n’existe pas de sirène ni de flash sur cette fréquence. Quand on débute dans la domotique, ce n’est pas toujours évident. Pour cette installation il va falloir utiliser un autre type d’émetteur qui fonctionne sur la fréquence de 868 MHz en Europe, il s’agit du Z-Wave aujourd’hui sous une nouvelle version le Z-Wave Plus.
Ce protocole à deux avantages, le signal peut être chiffré/crypté en AES-128 Bits et tout équipement alimenté sur secteur (peu importe le type) fait office de répéteur de signal. Cela permet d’étendre facilement son réseau maillé.
Sur les dongles Z-Wave, les périphériques sont mémorisés dans le dongle et cela permet d’être mieux organisé comparé au 433MHz, où vous captez tous les périphériques de vos voisins. Cela peut être compliqué de retrouver sa sonde de température par exemple. Ici, on fait une inclusion/association manuelle pour tous les équipements.
Niveau équipement, il faudra presque multiplier les tarifs par 2 entre le RFLink et le Z-Wave. Par exemple pour un capteur de porte, comptez 16€ en RFLink et 25€ pour du Z-Wave. Sur d’autres périphériques, la différence peut être plus grande. Surveillez les promotions et les sites chinois, on peut se faire plaisir, on y reviendra.

Pour le projet…

Nous allons avoir besoin d’un dongle USB branché sur le NAS. Pour mon alarme voici ce que j’ai prévu :

  • Un dongle USB Z-wave Plus ;
  • Une sirène avec flash ;
  • Des capteurs d’ouverture de porte.

Vous pouvez aussi ajouter des capteurs de mouvement, mais sur ma précédente installation (d’une vraie alarme) ces derniers étaient un peu trop sensibles et dérangeaient les voisins. Pour la clé Z-Wave, il en existe plusieurs marques et les prix vont d’une vingtaine à une cinquantaine d’euros. Trois clés ressortent le plus souvent : la Everspring (pas chère) mais elle n’a pas d’accu, la Z-Wave.me qui est la clé officielle et la AEOTEC Z-Stick (GEN5). Après consultation des avis, je me suis arrêté sur la dernière. Elle possède en plus un accu qui permet de prendre la clé et d’aller au plus près du périphérique pour y faire l’inclusion. Elle n’a donc pas besoin d’être branchée pour cette action. Un regret la notice est uniquement en anglais.

Si vous n’avez pas assez de ports USB sur le NAS, sachez qu’il est tout à fait possible de mettre un hub USB sur l’un des ports du boîtier. J’ai acquis un petit hub de la marque T’nB à 6.47€ avec 2 ports USB. Lors de l’ajout des émetteurs, on doit choisir le port USB correspondant au bon boîtier. Je vous recommande de les repérer en cas de manipulation à venir. Sur la photo le dongle n’est pas présent, car il est branché sur une rallonge USB. Le NAS étant dans une baie, afin d’avoir le maximum de portée la clé sera positionnée à l’extérieur.

La sirène

Là aussi, il a fallu faire un choix. Pour ma part je me suis arrêté sur la sirène VISION ZM1601 qui a de bons avis et les réglages sont nombreux. On peut choisir entre sirène & flash simultanément et uniquement la sirène ou uniquement le flash. Vous pouvez aussi choisir la durée : 30, 60 et 120 secondes. Mais attention, ce paramètre doit être réglé sur l’interface de la sirène, pas de choix possible en dehors. À tort, comme débutant en domotique que je suis, je pensais que dans mes événements que l’on va voir plus tard, je pourrais choisir 30 secondes de flash en premier puis ensuite 30s plus tard la sirène. On aura l’occasion dans la partie 2 de revenir dessus. Niveau sonore elle est annoncée pour 105 db… elle ne casse pas trop les oreilles.
Cette sirène est vendue sous 2 références, vous trouverez aussi la ZM1602 qui elle doit être alimentée sur secteur. Le prix est plus élevé et l’alimentation n’est pas fournie !
Une fois la sirène déballée, je ne regrette pas mon choix. Le plastique est de bonne qualité, des piles de marques sont fournies ainsi qu’un système de fixation. Là encore, la notice est uniquement en anglais. J’ai choisi le modèle avec piles, car les avis annoncent une durée de vie de 2 ans. Les piles étant de simple AA, le coût du changement n’est élevé. La version ZM1602 aurait nécessité l’installation d’une prise à l’endroit où je souhaitai l’installer.

Les capteurs

Pour les capteurs, j’avais le choix entre prendre des RFLink ou des Z-wave. Le coût étant plus élevé pour les Z-wave j’ai longuement hésité. D’un côté je préférais avoir tout sur le Z-wave pour l’alarme afin de sécuriser l’installation. Suite à une bonne promotion, j’ai fini par prendre des Z-Wave de la marque CoolCam modèle DS01Z que j’ai pu avoir à 13.34€ avec en plus 5€ de réduction sur ma première commande. J’en ai pris 6. J’ai choisi ces capteurs suite à la lecture de différents avis. Pas déçu, ils sont tout petit 7 * 2 cm pour le capteur et 4 * 1 cm pour l’aimant. Dans la boîte (un manuel en anglais), un kit de fixation est fourni (vis, chevilles et double face). Les plastiques semblent solides. Ce capteur envoie l’information de porte ouverte ou fermée… ce n’est pas le cas de tous, donc faites attention lors de vos achats. Le fabricant annonce une portée de 50m en extérieur et de 30m en intérieur.

Une comparaison avec une pièce de monnaie pour la taille. Au dos du capteur, on peut voir les trous prévus pour la fixation.

À l’intérieur une pile CR2, aurait une durée de vie de 2 ans (selon le fabricant). Comptez environ 3€ la pile de rechange. Pour le montage je pensais retirer la platine, mais c’est inutile. Il suffit simplement retirer la pile. On remarque à gauche l’interrupteur pour l’inclusion. Une LED est présente pour une utilisation plus facile. Elle clignote lors de l’ouverture ou fermeture du capteur.

Conclusion

Nous avons maintenant tout ce qu’il nous faut pour créer un système d’alarme. Libre à vous d’ajouter d’autres éléments de sécurité. Dans la prochaine partie, nous installerons et paramétrons tous ces équipements dans Domoticz (NAS Synology). Aussi, nous créerons des événements lors de l’activation / désactivation de l’alarme, mais aussi lors du déclenchement.

Partager.

A propos de l'auteur

Dans l'informatique depuis mon plus jeune âge, c’est maintenant mon métier. J'aime tester, apprendre, découvrir. C'est avec plaisir que je partage tout cela et c'est aussi la raison qui m'a fait rejoindre l'équipe de Cachem.

9 commentaires

  1. Comme l’a dit un nos lecteurs « La domotique c’est un peu l’arlésienne » Merci SEBR de cité le commentaire que j’avais fait lors de ton précédent article sur la domotique ; je vais demander des droits d’auteur (LOL)
    Il me semble qu’il existe des modules RF dans la bande des 800 MHz ( mais c’est l’arlésienne…………)

    • Salut, maitrisé est un grand mot car avant de faire cet article ça été très compliqué et ça l’est encore.
      Pour ton capteur pas beaucoup d’info et Sonoff on un signale propriétaire donc un RFLink ne le verra pas.
      Dans les commentaires de deallabs une personnes donne un lien vers des firmware pour flasher des équipements Sonoff pour les rentre détectable mais pour le moment ton capteur n’est pas présent.
      Si tu veux l’utiliser en dehors de Domoticz il te faudra le boitier Sonoff et l’appli mobile.

    • Je me réponds à moi même et partage l’info
      Il faut activer le protocole Lightning4 sur le RFXCOM et çà fonctionne ensuite sans souci

  2. salut,

    petit retour d’xp: j’ai une grosse installation zwave (60 périphériques), mais pour la sirène j’ai donné dans le diy: on trouve des sirènes sur amazon à moins de 15 euros, à alimenter en 9v, et qui s’avèrent vraiment puissantes.

    J’en ai pris deux (une pour l’avant de la maison, l’autre pour l’arrière), elles sont placées à 5m de haut, sous le toit, juste à côté de caméras précedemment installées.

    En réutilisant le cable ethernet de chaque caméra (8 fils par cable) je peux:
    – utiliser seulement 4 fils pour les données de la caméra (ça suffit pour 100mb/s, les 8 fils ne sont utiles que pour le gb/s)
    – utiliser 2 fils pour alimenter la caméra
    – utiliser les 2 derniers fils pour alimenter la sirène.

    ces deux cables redesendent dans mon armoire réseau, où se situe l’onduleur, la box domotique, le switch, etc. on a donc tout qui est centralisé, cablé, et protégé par l’onduleur.

    Avec un arduino, des relais et un peu de code, je gère l’allumage des sirènes ; l’arduino est intégré au reste de la domotique, et peut donc faire hurler joyeusement tout ce petit monde quand je le souhaite.

    Par contre, je n’ai pas voulu faire de scénario automatisé pour allumer les sirènes, par égard pour mes voisins ; en cas de suspicion d’intrusion, je reçois un message sur mon téléphone en pushbullet, et en fonction de ce que je vois sur les caméras, je décide (ou pas) d’enclencher les sirènes de façon manuelle.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.