Drive Shucking : disque dur moins cher

Le Drive Shucking est une technique utilisée par les utilisateurs ayant de gros besoins de stockage. Cela consiste à acheter des disques externes, pour remplir son NAS, ordinateur, serveur en disque interne. Mais cela consiste en quoi ? Est-ce vraiment intéressant ?

Drive Shucking WD - Drive Shucking : disque dur moins cher

Qu’est-ce que le Drive Shucking ?

Le « Drive Shucking », qu’on pourra traduire par « Ouverture de disque », désigne une technique qui consiste à acheter des disques durs externes, par exemple des WD My Book, ou WD Elements, pour en extraire le disque à l’intérieur pour l’utiliser dans un ordinateur, un NAS ou encore un serveur.

En effet, pour la totalité des disques externes 3,5 pouces, le disque présent dans le boîtier est un disque « classique » avec une connexion SATA standard, utilisable sans son boîtier.

Pourquoi faire du Drive Shucking ?

On ne va pas se mentir, il n’y a qu’une seule raison : le prix (notamment sur les grosses capacités). On retrouve souvent en promotions des disques durs externes de 14 To à 18 o (16,5€/To a 17,5€/To), là où pour la même capacité un WD RED Plus en promotion sera à 26€/To minimum.

Prenons l’exemple d’une personne souhaitant faire l’achat de 4 disques de 10 To pour une capacité de stockage de 30 To en RAID5 ou 20 To en RAID6* :

  • 4 disques externes de 10 To a 17€/To = 680 €
  • 4 disques internes WD Red Plus de 10 To a 26€/To = 1 040 €

On obtient une économie d’environ 35% en faisant le choix des disques durs externes !

N. B. : Attention, on évitera pour du RAID d’avoir des disques identiques, achetés au même endroit sur la même période. L’objectif est d’éviter un problème de fabrication qui impacterait tous nos disques.

Inconvénients du Drive Shucking

Il y a deux inconvénients à cette pratique. Tout d’abord, il vous faut ouvrir le boîtier externe. Cela demande un peu de technique, même si cela reste à la portée de tous. Certains n’auront pas forcément envie de se lancer là-dedans.

Ensuite, il y a la perte de la garantie. Il ne faut pas se leurrer, même si les disques externes sont garantis, l’utilisation normale du disque n’est pas hors de son boîtier, mais à l’intérieur. Le fabricant pourra vous refuser la prise en charge dans le cas où votre disque serait défaillant.

Procédure de test

Pour tout disque acheté, je vous recommande de le tester. Je vous conseille au minimum avec un test de lecture complet pour se rassurer de son l’état. Dans le cas d’un disque externe, mieux vaut le faire avant de l’ouvrir, afin de pouvoir faire jouer la garantie le cas échéant !

Sous Windows

Pour cela, il y a plusieurs écoles. La méthode la plus « simple » sera d’utiliser les outils du fabricant de disques durs :

  • Pour Seagate, nous utiliserons SeaTools et nous effectuerons un test « Générique Long » ;
  • Pour Western Digital, nous utiliserons Data Lifeguard Diagnostics et nous effectuerons un « Extended Test ».

Je vous laisse consulter cet article de FX qui en parle très bien, et donne également une solution pour les utilisateurs macOS.

preparer disque dur 100x100 - Drive Shucking : disque dur moins cher NAS : Préparer un disque dur (tester sa santé)

Sous Linux

Parlons maintenant d’une méthode un peu plus poussée pour les utilisateurs de Linux, utilisable directement depuis nos NAS (avec le disque branché en USB). Il s’agit d’utiliser l’utilitaire badblocks (présent sur les distributions Linux, mais aussi sur DSM, QTS et ADM ).
La commande badblocks est plutôt simple , elle se résume à cela :
badblocks -nvs -b 4096 -c 98304 /dev/sdj > /log/sdj.log 2>&1 &
Celle-ci sera bien sûr à adapter suivant votre machine, nous allons donc la décortiquer un peu.

-nvs signifie que nous souhaitons faire un test en lecture simple (option -n), que badblocks soit bavard en information (option -v) et qu’il nous affiche une barre de progression (option -s). Il est également possible de faire un test destructif (écriture/lecture), en remplaçant l’option -n par -w.
-b 4096 signifie que nous souhaitons que badblocks utilise une taille de bloc de 4096 octets.
-c 98304 est le nombre de blocs à tester en une fois. Plus le nombre de blocs testés en 1 fois est important, plus la consommation de RAM pour le test sera importante. Pour comprendre comment se calcule ce chiffre, rendez-vous ici.
/dev/sdj est l’adresse du périphérique que nous souhaitons tester.
> /log/sdj.log 2>&1 & indique que nous souhaitons que badblocks enregistre ses journaux dans un fichier situé dans /log/sdj.log, on prendra bien évidemment soin de personnaliser cette adresse de sortie au besoin.

Une fois notre commande exécutée et le test en cours, il est possible de quitter la connexion SSH. Cela n’interrompt pas la procédure et pour savoir à quelle progression est notre test, il nous suffit de consulter notre fichier de log, avec la commande suivante par exemple : tail -f sdj.log qui va nous permettre de suivre l’avancement de badblocks

tail - Drive Shucking : disque dur moins cher

S.M.A.R.T. : Self-Monitoring, Analysis, and Reporting Technology

Bien sûr, une fois notre test finit, et même si celui-ci est sans erreur, on vérifie les données SMART du disque.
Attention ce paragraphe sur la lecture d’un rapport S.M.A.R.T. ne s’applique que pour les disques de la marque Western Digital et ne peut être utilisé comme référence pour la lecture d’un rapport S.M.A.R.T. d’un disque d’une autre marque.**

Le S.M.A.R.T. est un système de surveillance du disque dur. Celui-ci est intégré au disque dur. Il surveille en permanence son fonctionnement et ses performances, et fait un rapport de cette activité. Voici le rapport S.M.A.R.T. de mon disque :

Les lignes qui nous intéressent pour évaluer la santé de notre disque sont les ID 1, 5, 7, 196, 197, 198 et 199. Elles doivent dans la colonne RAW_DATA rester sur 0 ! Une autre valeur indique qu’il y a eu un événement lors de l’utilisation du disque.

Ici, ID 12 nous indique le nombre d’heures de fonctionnement du disque, on peut voir que après son test le disque a 25 heures de fonctionnement, et qu’aucun des ID « critique » n’a bougé, ce qui est parfait 🙂

** Note : Par exemple, les disques Seagate possèdent de base une valeur non nulle sur la ligne ID1, cela n’est pas signe d’erreur. L’important est de vérifier avant / après test que cette valeur n’est pas évoluée.

Ouverture sur un WD My Book

Les procédures d’ouverture des disques externes sont simples à trouver sur Internet. Une simple recherche avec « shucking » suivi du modèle du boîtier externe vous donnera un lien vers un tutoriel explicatif.

WD My Book 2022 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Prenons l’exemple de ce beau WD My Book 16 To ci-dessus, pour l’ouvrir, j’utilise toujours des cartes fidélités de magasin, préférez les cartes en plastique, plus rigide ! Sur le haut du boîtier, nous allons insérer 3 cartes de chaque côté comme le montre la photo ci-dessous :

02 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Ensuite, nous allons poser le boîtier sur la tranche, dessous en face de soi, pour y insérer 1 carte de chaque côté, vers le milieu du boîtier, comme le montre la photo :

03 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Une fois cela fait, nous allons exercer une pression comme le montre la flèche bleue, afin de faire sortir du boîtier, le cadre maintenant le disque. Et surprise…

04 - Drive Shucking : disque dur moins cher

05 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Maintenant, nous allons dévisser les 4 vis (2 de chaque côté) qui tiennent les supports du disque et la vis qui tient le PCB :

06 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Drive Shucking 07 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Nous voilà maintenant, avec le disque nu dans les mains, il s’agit ici d’un WD160EDGZ :

WD My Book Ultrastar - Drive Shucking : disque dur moins cher

Quel disque avons-nous ?

Comme on peut le voir en gros sur l’étiquette, un WD160EDGZ-11B2DA0, mais cela n’est pas trop parlant. Pour en savoir plus, il nous faut regarder le « regulation number » ou R/N. Ici le R/N m’indique US7SAR160 après une rapide recherche sur Internet, je tombe sur une documentation officielle de Western Digital pour la gamme Ultrastar® DC HC550.

Ultrastar spec drive - Drive Shucking : disque dur moins cher

 

La documentation nous apprend pas mal de choses, comme le fait qu’à la base c’est un disque 7200tr/min et que c’est un disque sous Helium (même si on l’aura deviné à la vue de son aspect « soudé » sans vis contrairement à un disque sous Air). Aussi, ce disque existe en 2 capacités 16 et 18 To. Il est fort à parier que les WD My Book 18 To embarquent donc le même modèle. Le document nous indique également que le disque n’est pas concerné par la fonctionnalité « Power Disable ».

Power Disable

Petite parenthèse sur « Power Disable », une fonctionnalité qui peut être présente sur les périphériques SATA et SAS. Cela permet au système hôte d’effectuer une réinitialisation matérielle sur le disque dur (HDD), par l’envoi d’une commande en 3,3V sur la prise d’alimentation du disque dur.

Dans le cas où votre disque est concerné par cette fonctionnalité, alors si votre alimentation est récente, elle fournit probablement du 3,3V sur les prises d’alimentation SATA. Cela a pour conséquence d’interdire au disque de démarrer (il reste en mode « réinitialisation », il n’y a pas de danger d’abîmer le disque, mais par contre celui-ci ne fonctionne pas). Plusieurs techniques existent pour régler ce problème, mais le plus simple à mon goût et c’est ce que recommande Western Digital, c’est d’utiliser un adaptateurs Molex > SATA de ce type :

molex sata - Drive Shucking : disque dur moins cher

L’utilisation de ce simple adaptateur pour alimenter son disque permet d’éliminer le 3,3V, car le Molex lui ne transporte que le +12V et le +5V nécessaire au fonctionnement du disque dur.

Retrouvez plus d’informations sur cette fonctionnalité dans le PDF explicatif de Western Digital.

Performances

Pour regarder les performances de mon disque, je vais utiliser deux utilitaires Linux, dd ( pour le test d’écriture ) et hdparm ( pour le test de lecture ).
La commande suivante nous permet d’avoir une idée des performances en écriture de notre disque :
dd bs=1M count=256 if=/dev/zero of=/srv/dev-disk-by-uuid-f39f8932-c005-46d5-bf3c-f8f84a7a9d3c/testx conv=fdatasync

/srv/dev-disk-by-uuid-f39f8932-c005-46d5-bf3c-f8f84a7a9d3
est à personnaliser selon votre installation. Pour mieux comprendre l’utilisation, je vous conseille de consulter mon tutoriel disponible ici.

Le résultat est le suivant :
dd drive shucking - Drive Shucking : disque dur moins cher
11 2 - Drive Shucking : disque dur moins cher

On peut donc lire 122 Mo/s et 141 Mo/s suivants la taille du fichier à écrire.

La commande suivante nous permet d’avoir une idée des performances en lecture de notre disque :
hdparm -t /dev/sde

/dev/sde est à personnaliser suivant votre installation.

12 - Drive Shucking : disque dur moins cher

Ici on peut lire une vitesse de lecture de 200 Mo/s.

Alors, je vous vois venir… Dans les tests de Cachem, vous avez l’habitude de voir plutôt des WD Red 5400tr avec des performances plus élevées (par exemple 230 Mo/s en écriture/lecture pour le WD Red 14 To ). Selon la documentation technique du US7SAR160, il est indiqué une vitesse de transfert de 250 Mo/s ! Alors j’ai ma théorie là-dessus, que malheureusement je n’ai pas pu vérifier, il faudrait pour cela posséder de véritables disques Ultrastar pour faire des tests et comparaisons…

Pour moi, l’explication est que notre disque ne possède probablement pas le même firmware qu’un véritable Ultrastar® DC HC550. Le disque est donc physiquement identique, mais pas « logiciellement ». Pourquoi donc ? J’ai également une théorie, je pense que les disques WD My Book et WD Elements sont volontairement « bridés » afin principalement de faire moins de bruit et aussi de produire moins de chaleur. Les disques externes sont en effet souvent posés près de l’utilisateur. S’il fait le bruit d’un avion de chasse, ce n’est pas très agréable 🙂 De plus, les disques sont soumis à forte chaleur dans leur boîtier et n’ont pas de ventilateur pour extraire l’air chaud produit par le disque. Baisser les performances du disque permet également de réduire la chaleur émise par le disque pendant son travail.

Mon avis sur le Drive Shucking

La technique du « Drive Shucking » n’est pas très connue, et pourtant tous ceux qui l’ont pratiquée ne reviendraient pas en arrière. Cette technique m’a permis d’augmenter ma capacité de stockage de plus de 30 % sans avoir à augmenter mon budget initial. Je pratique cette technique depuis 4 ans sans souci, mon plus vieux disque venant d’un boîtier externe ayant + de 35 000 heures de fonctionnements. Bien que les performances soient un peu en dessous de la moyenne d’un disque spécial « NAS », cela reste très acceptable, et invisible dans une utilisation quotidienne classique.

  1. Très intéressant, un risque quasi nul pour un gain conséquent.
    Un vrai article en relation directe avec l’essence même du site.
    Merci @EVOTk

    1. Salut Belnea,
      Effectivement, le principe était le même ! Je ne connaissais pas du tout 🙂 Merci pour cette anecdote.

  2. En Suisse, cela ne vaut pas la peine. Ni pour les 16 ni pour les 18to. Le prix est plus cher en boitier externe qu’en disque interne. Par exemple, le moins chère des disques internes de 18to est un WD Ultrastar DC HC550 – 18TB à 285 euros TTC.

    1. Salut AlainP,
      je ne connais pas les prix pratiqués en suisse, mais effectivement, souvent les bons prix pour ce genre de DD externe sont en Allemagne (via Amazon), ou plus rarement en France.

    2. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à partager ton bon plan suisse pour des WD Ultrastar DC HC550 – 18TB à 285 euros TTC, cela en intéressera sûrement beaucoup ! J’ai quelques connaissances suisses qui sont également intéressées !

          1. 339 et 324 CHF
            Effectivement, ici les prix sont bons 🙂 Merci pour les liens, cela devrait intéresser quelques connaissances Suisse !

    1. Salut ECH,
      Je me sert également de temps de temps de diskprices.com c’est une bonne source qui permet une comparaison rapide des prix 🙂 Merci pour le complément 🙂

  3. Hello

    Attention un disque western Red (avec des garanties faites pour les disques allumé 24/7) est un disque avec des spécifications différentes d’un disque blue ou green qui est le disque souvent contenu dans les boîtiers externes.
    Et le rapport prix/terra d’un blue ou green est proche ou moindre d’un boîtier externe. Il faut donc bien comparer le comparable pour rendre la manipulation réellement viable.
    Reste l’aspect green planète… Faut il générer des déchets pour qq euros ??? Ça c’est question de point de vue….

    1. Salut Kheops,
      Merci pour ton commentaire, mais as tu lu l’article entièrement ? A aucun moment je ne parle de disque green/blue de chez Western. De plus, en capacité supérieur a 8To, la gamme Green/Blue n’existe pas.

      Pour ce qui est des déchets, je ne vois pas, le boitier peut très bien accueillir un autre disque Western a la place. Rien n’oblige a le jeter.

  4. Très bon article EVOTk,
    Par contre tu compare les tarifs entre un disque classique et un WD Red plus.
    « On retrouve souvent en promotions des disques durs externes de 14 To à 18 o (16,5€/To a 17,5€/To), là où pour la même capacité un WD RED Plus en promotion sera à 26€/To minimum. »

    Il est normale que cela sera plus chère car rien à voir entre les 2. J’aurais plutôt comparé les tarifs avec un disque classique non Red pour voir l’écart de prix.

    Perso je ne mettrais jamais ce genre de disque dans un Nas.

    1. Salut
      Merci beaucoup.
      C’est impossible de comparer avec du disque classique car on parle ici de capacité de 14, 16, 18 To… Si par exemple on regarde les gammes blue de chez Western, cela s’arrête a 8To 🙂 et c’était encore 6To max il y a peu.

  5. Les constructeurs pratiquent toujours des mesquineries style intégrer directement le contrôleur USB sur la carte du disque dur, et donc supprimer le port SATA ? (j’avais principalement vu ça sur des 2.5 pouces il y a quelques années

    1. Ça existe encore ce genre de disque. J’ai acheté un HDD externe en 2To de WD et le contrôleur USB est soudé sur le HDD directement. J’ai acheté le disque il y a 1 an.

    2. Salut,
      Effectivement c’est une pratique courante, à l’heure actuelle, chez Western Digital, tous les disques externes 2″5 possèdent une interface soudée ( donc sans port SATA ). Par contre , toujours chez Western Digital, tous les disques externes 3″5 sont démontable comme l’explique l’article, il n’y a pas de 3″5 soudés a l’heure actuelle chez WD.

      Pour le peu que je sache, chez Seagate, les 3″5 et les 2″5 externe ne sont pas soudés.

  6. pour la limitation de débit du disque : il faut prendre en compte qu’il est dans un boitier USB.
    et que malgré les promesses de l’USB 3, peu de boitier atteignent les 200Mo/s.

    donc inutile d’avoir un disque qui va plus vite si le lien ne le supporte pas.

    et cela permet des avantages cités :
    – pas de bruit
    – échauffement réduit.

  7. Bonjour,

    Intervention et partage d’expérience d’Evotk toujours aussi passionnante

    « Bien que les performances soient un peu en dessous de la moyenne d’un disque spécial « NAS », cela reste très acceptable, et invisible dans une utilisation quotidienne classique »
    C’est totalement vrai, mais aujourd’hui, la plus part des NAS récent (et même plus ancien) permettent d’avoir un système de cache SSD et donc d’annuler cet effet de « vitesse réduite ». En revanche il faut une quantité de cache plus accrue.

    A bientôt

  8. Pour l’avoir fait, la durée de vie ne suit pas celle d’un dd spécial nas.
    Étant minutieux j’ai pu le remettre dans le boîtier et le faire passer en garantie, mais je pense qu’un dd externe usb entrée de gamme n’est pas adapté à une utilisation 24/7 dans un nas.
    Test avec seagate 8To, HS au bout de 1 an (2x). En face, des Toshiba N300, aucun soucis après 2 ans.
    J’ai préféré mettre 50€ de plus dans les N300.
    (NAS QNAP 4x 8To en RAID5, 10 clients réguliers en usage semi-pro + videosurveillance + 2 kodi en lan utilisés tous les jours)
    L’idee est bonne pour quelques users temporaires, mais en mode bourrin ça ne suit pas vraiment sur le long terme.
    Le seagate usb reste en backup au cas ou…

    1. Salut Phenix2984,
      Ici le problème n’est pas la technique, mais tout simplement de l’avoir fait avec du Seagate ( d’ailleurs vous avez même changé de marque suite a cela ). Je pense que cela se ressent dans l’article, mais je ne pratique pas cette technique avec les disques externe de chez Seagate, et c’est pas pour rien …

  9. Le fait que ça ne soit pas une gamme adaptée au nas ne gêne pas ?
    J’ai déjà testé du Green dans un nas la stabilité n’est pas franchement top.

    1. Salut Gilles,
      Non du tout, effectivement les Green n’était pas une bonne gamme de HDD chez WD. Remplacée par la Blue maintenant ( qui est bien mieux ), surement pour faire oublier au public cette période 😀

    2. Personnellement, cela fait longtemps que je ne mets pas de disque pour NAS dans mes NAS qui sont allumés H24.

      Au niveau des disques, mes pires expériences sont les iron wolf 10to (st10000vn0004), sur 12 pièces, 6 ont été changées en 1 an, puis encore 2 autres changés dans les 2 ans après l’achat. Sur 2 Red pro 8to (WD8001FFWX-68J1UN0), un commence à avoir des secteurs défectueux après 3 ans. J’ai beaucoup de simple seagate archiv 8to.. ils ont très bien tenu ceux là et plusieurs tournent depuis 5 ans (heures d’utilisation). Tous modèles confondus, j’en ai plusieurs dizaines.

  10. Il y a qq temps ces disques usb etaient toujours SMR…
    Ca aurait changé ?

    Perso j’ai testé avec des wd et sg de 8to et dans les 2 cas ce ne furent pas des disques pour du raid…

  11. C’est une pratique que j’ai utilisée. Je touche du bois, pour l’instant chez Seagate aucun souci avec un disque de 16To, interface non soudé (Ironwolf pro),un chez WD pour 12To (Red avec interface non soudée).

    Au final de bonnes économies vis à vis des même produits en disque nu.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.