Test ACEMAGIC S1 – Le Mini-PC bureautique parfait ?

Après maintenant environ 2 semaines d’utilisation d’un ACEMAGIC S1 N97, voici un compte rendu de ce Mini PC plein de surprises. Les Mini-PC font maintenant partie de notre quotidien. Il faut dire que beaucoup de marques se sont lancées dans la commercialisation de ce genre de machine. La demande est forte, car ce type de machine est, en comparaison avec un PC « classique », moins énergivore, moins encombrant et aussi moins cher ! En contrepartie, il n’est pas vraiment évolutif (hors RAM et stockage), et les performances sont limitées (plus proches du PC portable que du PC fixe).

Test de l'acemagic s1

ACEMAGIC S1

Cette version se décline en deux variantes bien distinctes : une version avec un processeur N95 et une version avec un processeur N97. Ici, je vais vous parler de la version N97, équipée de 16 Go de RAM et d’un SSD NVMe de 512 Go. Nous aborderons la partie matérielle juste après l’aspect extérieur.

Si, à la fin de ce test, vous avez l’intention d’acheter cette machine, veillez à ne pas vous tromper de version lors de votre choix 🙂

Aspect extérieur

Acemagic mini pc

Acemagic mini pc boite arriere

D’extérieur, rien de très tape-à-l’œil, une boîte noire plutôt banale, avec un bandeau en carton qui nous indique le contenu, et à l’arrière, les caractéristiques. Sans plus attendre, ouvrons cela. À l’intérieur, on découvre un intérieur avec un petit aspect « velours », assez classique pour ce genre de packaging, mais qui fait son petit effet.

Le contenu est relativement simple : un mini-PC, son pied (nous y reviendrons), son alimentation, un câble HDMI et une notice. On notera que ce Mini-PC n’est pas compatible VESA.

Acemagic alimentation

 

À la première prise en main, la taille et le poids de la machine sont les éléments qui m’ont principalement surpris. Ce PC est vraiment léger. Malgré tout, il ne donne pas l’impression d’être un « gadget ». Il possède une finition extérieure très soignée. Voici quelques photos de la bête !

L’embase magnétique est, selon moi, le petit « plus » de cette machine. Elle change complètement son style, et c’est du plus bel effet. C’est, à mon sens, très bien réussi.

Parlons peu, parlons Hardware

Comme mentionné au début de l’article, l’ACEMAGIC S1 se décline en deux versions (en fait, davantage, car il y a des déclinaisons avec des capacités différentes). Le S1 existe donc en deux versions avec des processeurs différents : le S1 N95 et le S1 N97.

Ici, nous parlons de la version N97 :

  • Processeur : Intel N97
  • iGPU : UHD Alder Lake-N 1.20 GHz
  • RAM : 16 Go DDR4
  • Stockage : Un emplacement M.2 NVMe avec un 512 Go NVMe inclus, et un emplacement M.2 pour un SSD SATA.
  • Sortie vidéo : 2 ports HDMI jusqu’à 4Kp60
  • Audio : Sortie jack 3.5mm
  • USB : 2 USB 2.0, 2 USB 3.0 / 3.1 Gen1
  • Réseau : 2 ports Gigabit  – Wi-Fi 6 – Bluetooth 5.2 – ( Realtek 8852BE )
  • Taille : 42 x 128 x 124
  • Poids : 440 g
  • Encoche Kensington : Oui

Avec 4 ports USB et 2 ports HDMI, pas de soucis de connexion des périphériques externes ! Dans la plupart des utilisations, cela sera tout à fait suffisant sans avoir à utiliser un hub externe, par exemple. Les 2 ports réseau pourraient permettre de transformer facilement l’utilisation de cette machine ; elle pourrait devenir aisément un routeur et/ou un pare-feu sur votre réseau, par exemple !

Mini PC

La face latérale gauche (en position verticale) est magnétique. Elle se retire sans outil et permet d’accéder directement à la RAM et aux deux ports M.2.

À l’intérieur, on retrouve un slot pour de la RAM DDR4, avec une barrette de 16 Go de marque Lexar, ainsi que deux ports M.2. L’un est équipé d’un SSD NVMe MasonSemi de 512 Go, et l’autre est vide, permettant l’ajout d’un SSD pour étendre le stockage. On notera l’inscription « NGFF » sur le slot M.2 libre, cela signifie que ce port M.2 n’est capable de recevoir qu’un SSD SATA (pas de NVMe donc).

Note : Dans ce genre de Mini-PC, que ce soit pour le stockage ou la RAM, il est courant que toutes les machines ne soient pas strictement identiques. Souvent, le constructeur assemblera avec les composants disponibles « au moment » et qui correspondent à ses critères de performances. Il est donc parfois possible d’avoir une machine avec un SSD ou de la RAM d’un constructeur différent ou un modèle similaire, mais pas identique.

Première configuration

La mise en place est rapide : on branche l’alimentation, un clavier/souris, un écran, et nous sommes prêts ! Je ne publie pas les photos de la configuration de Windows, car cela a peu d’intérêt. À l’allumage, Windows 11 Pro est déjà préinstallé. On nous demande alors de finir l’installation (langue, configuration du clavier…) puis, après validation, Windows s’ouvre. Cette étape n’a pris que quelques minutes.

Au niveau logiciel, nous avons Windows 11 Pro et un logiciel « Maison » pour la gestion de l’écran en façade. En veille ou éteint, l’écran est remplacé par un simple affichage de l’heure, la petite bande RGB sur le dessous sert de témoin d’allumage. Quand le PC est éteint, elle l’est également.

Petite visu sur le logiciel interne :

C’est plutôt (très) simple, mais l’essentiel est présent : réglage de l’orientation, possibilité de choisir des fonds d’écran et même d’ajouter le sien, ainsi que la personnalisation des éléments affichés (Température, CPU, vitesse du ventilateur, heure…).

À noter que l’écran a besoin du logiciel du constructeur pour fonctionner. Ce logiciel n’étant disponible que pour Windows, il ne sera malheureusement pas possible d’installer le logiciel sous Linux par exemple.

Performances

SSD

Le SSD M.2 fourni ici est un MasonSemi de 512Go, dont nous pouvons consulter la fiche technique sur le site officiel. On voit que c’est un SSD PCIe 3.0 4x avec de la 3D NAND TLC. Le fabricant annonce des performances maximales en lecture/écriture de 2500 et 1800 Mo/s.

Passons au benchmark, avec CrystalDiskMark :

Crystalmark acemagic

On remarque directement que le 2500 Mo/s maximum en lecture annoncé sur le site du fabricant du SSD n’est pas atteint :D, les performances restent cependant tout à fait correctes et bien supérieures à un SSD SATA, par exemple. En fait, le port M.2 est lui à la norme PCIe 3.0 2x, ce qui ne permet pas d’exploiter à 100 % le SSD. C’est bon à savoir en cas de changement du SSD ; rien ne sert donc de prendre un SSD parmi les plus performants, car ce mini-PC ne pourra pas l’exploiter pleinement.

Également, quand j’ai testé ce SSD, une chose m’a principalement dérangé. Comme on a pu le voir, le SSD est sur le côté de la machine, il n’est pas dans le flux d’air du ventilateur, et…. il chauffe. En benchmark, il atteint facilement 79/80°C, là où le constructeur préconise de ne pas dépasser 70°C. Soyons d’accord, un benchmark de SSD n’est pas un « travail » normal pour ce genre de machine ; en fonctionnement « bureautique », le SSD est environ à 55/60°C.

CPU

Le benchmark CPU-Z nous indique tout de suite la couleur : nous sommes ici sur une machine bureautique « simple » à faible consommation. Bien qu’il sera possible à ce processeur d’afficher de la 4K, il ne faudra pas lui demander d’exécuter des gros jeux, par exemple. C’est la contrepartie du format compact/faible consommation électrique.

Lors du stress de la machine, j’ai également surveillé les températures du CPU. La ventilation est très bonne et l’air chaud est très bien évacué (par le haut en position verticale, sinon sur le côté gauche). On remarque que le CPU place sa cadence à 2,8GHz.

Bien ventilé, le CPU se stabilise à 2800MHz pour une température de moins de 80°

Également, lors du stress de la machine, j’ai volontairement privé le boîtier d’un flux d’air afin de voir son comportement. Le CPU va-t-il surchauffer ? A-t-il dépassé le seuil de température normale (comme le SSD) ? Va-t-il réduire sa fréquence ? Voire même carrément crasher ?

Au final, c’est une bonne surprise. Le CPU se régule alors pour ne pas dépasser 90°C. Il descend alors de lui-même sa fréquence afin de moins chauffer. Cela permet à la machine de continuer à travailler sans risque pour le matériel.

Ici le flux d’air de la machine est volontairement perturbé pour observer le comportement de la machine.

Et l’iGPU ?

On ne va pas se mentir, le GPU n’est pas fou. Il a des performances similaires à un UHD 510. Exit les jeux un peu gourmands donc. Par contre, il a l’avantage d’être récent (génération Alder Lake-N), il sera donc à l’aise pour décoder et vous permettre de lire l’ensemble des formats vidéo récents, sans souffrir ! Je pense principalement à l’HEVC et le VP9 jusqu’à 12 bits, mais également l’AV-1 jusqu’à 10 bits pour le contenu 4K. À titre d’exemple, lors de la lecture d’une vidéo 4K HEVC 10 bits, le CPU stabilise sa fréquence à environ 800 MHz. Le CPU a alors une charge d’environ 30%. L’iGPU lui est à environ 15% d’utilisation.

Connectique réseaux / Bluetooth

Ce PC embarque du Wi-Fi 6 et le Bluetooth 5.2. Ce sont des normes récentes qui permettent de bonnes performances. Je n’ai pas fait de test très poussé sur cette partie (je n’ai pas de switch permettant l’agrégation de lien, par exemple), mais je n’ai rencontré aucun souci. Les performances en Wi-Fi et la couverture sont similaires à mes autres appareils nomades. Le mini-PC n’a aucun mal à exploiter le Gigabit. En Bluetooth, là encore, aucun souci à faire détecter mon casque sans fil.

Un BIOS très minimaliste, sans surprise

Je ne vais pas m’éterniser sur le BIOS, car il n’y a en soi rien de spécial à dire 🙂 C’est un BIOS minimaliste, comme nous avons l’habitude de le voir dans ce genre de machine. Le BIOS (nommé Aptio) est développé par la société American Megatrends Inc. La navigation se fait entièrement au clavier, et en langue anglaise. Il est bien sûr compatible UEFI. Ci-dessus, quelques images pour les plus curieux !

Consommation électrique & Bruit

Allumé, mais sans activité particulière avec le Wi-Fi actif, la consommation de ce PC est d’environ 12W (l’écran du PC affiche 8W). Le ventilateur est inaudible à moins de coller l’oreille sur le boîtier. Pour rappel, un routeur comme la Freebox Pop consomme environ 10W. Si on lance une vidéo 4K avec VLC, la consommation monte à 17/18 W. La aussi le ventilateur reste très discret. Enfin, si nous exécutons un test de charge du processeur, le Mini PC monte à 30/31 W (avec le ventilateur actif). L’écran indique une charge CPU de 21W.

En veille, la consommation oscille 1 et 1.1W.

Prix et disponibilité de l’ACEMAGIC S1

Pour les lecteurs de Cachem, en utilisant ce lien Amazon  (vendeur ZENGKUNWEI SARL), vous pouvez bénéficiez d’une remise de 44% avec le code 73V6M7X7. Soit un prix final de 209€ !!! Ce code est valable jusqu’à 24 décembre inclus.

Pour en savoir plus sur ce Mini-PC, rendez-vous sur la page officielle du ACEMAGIC S1 !

CONCLUSION
Ce Mini-PC est une belle surprise. Ce n'est pas une bête de puissance, mais il sera tout à fait adapté pour une personne cherchant un PC compact, silencieux, et peu consommateur, sans pour autant avoir à faire de compromis sur les possibilités multimédias. Le fait qu’il embarque du stockage NVMe permet à Windows d’être très réactif. On regrettera un peu que le deuxième port soit uniquement limité au SATA. Ce PC n’est clairement pas adapté à quelqu'un qui souhaite faire du jeu même occasionnellement. Il sera rapidement déçu. Ce Mini-PC pourrait également faire un très bon serveur multimédia avec Plex ou Jellyfin, ou même un routeur / firewall peu consommateur en électricité grâce à ses deux ports Gigabit. Au final, les utilisateurs les plus exigeants ne regretteront que le fait que le deuxième port M.2 soit limité au SATA et que le PC ne dispose pas d'une connectique USB 10Gb/s. Le tarif de base est un peu élevé, mais on le trouve facilement en promo en dessous de 250€, ce qui lui offre alors un très bon rapport qualité/prix.
Élégant
Silencieux
Prêt à l’emploi
Nombreuses connectiques
1 seul emplacement NVMe, limité à PCIe 3.0 2x
Pas d'USB 3.2 (USB Type C)
Pas compatible VESA
9
  1. Dommage que ce petit écran ne soit pas dispo facilement via linux ou en ligne de commande avec un fichier de conf, j’aurais bien vu ce mini pc comme serveur avec les informations de température et de charge en visuel !

  2. Derrière ACEMAGICIAN, c’est la société chinoise CYX Industrial Co qui a un portefeuille de différentes marques de Mini-PC (NIPOGI, etc.). J’en ai déjà testé 2 depuis plusieurs mois maintenant dont 1 ACEMAGICIAN (AM07 16Go DDR4 RAM 512Go M.2 2280 NVMe SSD Graphics 7 Core 1800 MHz).
    Alors clairement ce sont des mini pc très bon rapport qualité prix mais certains points me dérangent et sont de qualités inégales. Je n’en citerai qu’un qui me semble important en termes de sécurité : il n’y a aucun suivi de mise à jour du BIOS. Si vous optez pour des PC de marques comme Dell, HP, etc. vous avez régulièrement des mises à jour Bios principalement pour renforcer la sécurité. Avec les pc de chez CYX Industrial Co, aucune mise à jour. Effectivement tous les bios de ces pc sont issus de chez American Megatrends Inc. mais bon courage pour trouver le bios idoine sur leur site.
    Etrangement en termes de sécurité de pc, on sensibilise sur les antivirus, les parefeu,…mais rarement de la couche carte mère pourtant essentielle !

    1. Merci pour ce test détaillé

      Le Intel N100 qui a un TDP moindre à 6W et à la même puissance que le N97 est aussi à considérer comme PC de bureau. Il y a pleins de références sur Amazon, Dealabs et autres sites chinois.
      La remarque @Ticrob est à considérer même si j’ai l impression que les marques délaissent les N100, N97 … au profit des N305 ou supérieurs où ils peuvent mieux se concurrencer

      1. Le N97 possède un iGPU bien plus performant que le N100, par contre effectivement il est pas aussi peu consommateur que son cousin le N100. On le remarque dans le passage « Consommation électrique & Bruit » ou au repos il est a 12W, alors qu’un N100 serait plutôt à 7/8W.

    2. C’est une longue histoire les BIOS effectivement, et c’est loin d’etre tout rose. Que ce soit pour ce genre de machine, ou avec des cartes MSI, Asus, … les BIOS sont bien souvent oublié. Quelques MAJ par la suite en cas de problèmes, incompatibilité, .. mais très rare que cela soit plus suivi que cela.

      1. Non tout dépend du constructeur. J’ai des machines DELL et HP fourni par mon taff que j’ai depuis 3 ans et j’ai assez régulièrement des mises à jour Bios (au moins une par trimestre en moyenne). Sur mon Dell, 3 ces 4 derniers mois…
        Par contre mes 3 mini pc aucune dont certain que je possède depuis de 14 mois. Le prix bas se retrouve toujours quelque part malheureusement.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.