Les rudiments de la photo de nuit

0

Tout d’abord une bonne et heureuse année à tous.

L’hiver est très certainement un des meilleurs moments pour profiter de la photo de nuit. Pas besoin d’attendre 22 ou 23 heures que le soleil se couche pour se lancer à l’assaut d’un shoot nocturne. Qui plus est en ce moment où le temps est particulièrement doux (si l’on oublie cette pluie incessante). Préparez-vous à enfiler vos manteaux pour mettre en pratique les conseils qui vont suivre.

La règle numéro un, très certainement la chose la plus importante à garder en tête, un flash n’est pas un phare !!!  J’en vois qui rit, d’autre qui semble perplexe, mais sachez qu’un flash n’éclaire en règle général pas à plus de 5 m. Cela dépend du type de flash, du nombre de guides qui le composent et de la sensibilité utilisée. La conséquence immédiate est qu’il ne sert à rien de l’utiliser au-delà de 5 m, si ce n’est sous exposer (photo noire)  grandement une photo.

Voici donc quelques conseils pour effectuer des clichés réussis en faible luminosité.

Pour des sujets fixes, il est préférable de :

  • Désactiver le flash
  • Privilégier l’usage du trépied. Si vous n’en avez pas, posez votre appareil sur une surface stable telle qu’un muret.
  • Privilégier un temps de pose long. En fonction de l’éclairage et de vos besoins, vous pouvez aller d’une demi-seconde ou moins à plusieurs secondes.

Attention toutefois, un temps de pose trop long peut conduire à une surexposition (photo cramée).

   

 

  • Vérifier sur votre appareil l’histogramme une fois la prise du vue effectuée (si celui-ci le permet). Une courbe excentrée vers la gauche correspond à une sous exposition, à droite à une sur exposition. Vous l’avez compris, une courbe centrée correspondra donc à une photo correctement exposée. Bien évidement tout cela reste théorique, en fonction des conditions de prise de vue et de l’effet désiré, on pourra ne pas tenir compte de ces recommandations conventionnelles.

 

 

  • Photographier au format RAW. Ce format de fichier offre plusieurs avantages indéniables :
    • L’image n’est pas compressée comme peut l’être une image en .jpg.
    • la plage dynamique est beaucoup plus étendue
    • un RAW sera codé sur 12 ou 14 bit alors qu’une image jpg le sera sur 8
      •  les capacités de retouche sont donc grandement améliorées et les possibilités plus étendues.

NB : il est plus facile de récupérer une image dont l’exposition n’est pas bonne si elle a été prise en RAW plutôt qu’en jpg.

Il ne vous reste plus qu’à tester :). Bon shoot à tous 😉

Partager.

A propos de l'auteur

Adepte des logiciels libres et open sources, je suis un linuxien averti et grand amateur photo depuis de nombreuses années.

Lire les articles précédents :
XPERIA Ray – Le mini smartphone

Nous avons testé le Sony Ericsson Xperia Ray. Ce petit téléphone intelligent a un design discret. Il devrait ravir ceux...

Fermer