Retour d’expérience avec Proxmox, Docker et Portainer

Depuis près d’un an, j’utilise Proxmox sur un Mini-PC pour gérer mes machines virtuelles et mon environnement Docker avec Portainer. Dans cet article, je souhaite partager mon expérience et mettre en lumière les avantages et les fonctionnalités qui ont rendu Proxmox indispensable. Que vous soyez un administrateur système ou simple débutant, cet article devrait vous plaire…

Simplicité de gestion des machines virtuelles

La chose qui m’a le plus impressionné avec Proxmox, c’est sa facilité de gestion des machines virtuelles. Grâce à l’interface web intuitive, j’ai pu créer, cloner et migrer des machines virtuelles en quelques clics. Certes, l’interface n’est pas sexy (les goûts et les couleurs), mais les outils sont puissants pour surveiller les performances, ajuster les ressources et effectuer des sauvegardes régulières.

L’ordinateur/serveur que j’utilise, c’est un Mini PC équipé d’un processeur Intel N5095, 16 Go de mémoire vive et un SSD de 256 Go. L’idée, je la dois à EVOTk et plus précisément cet article et cet autre. Je ne regrette pas ce choix. C’est une solution abordable et performante pour mes besoins en virtualisation et gestion des conteneurs. Malgré sa taille compacte, le Mini PC offre une puissance suffisante pour exécuter plusieurs machines virtuelles et autres conteneurs Docker. À moins de 250€, ce mini-serveur offre un excellent rapport qualité-prix !

On m’a également conseillé XCP-ng pour la virtualisation. Le système a l’air complet et performant. Pour le moment, ma configuration est très stable et j’en suis très content… donc pourquoi changer. Cependant, par curiosité, je ferais quelques tests du système. On ne sait jamais 😉

Docker avec Portainer : une combinaison gagnante

Dans Proxmox, j’ai créé une machine virtuelle avec Debian et Docker. Avec l’aide de Portainer, interface de gestion conviviale pour Docker, j’ai pu créer et déployer rapidement des conteneurs sans taper de ligne de commande. Enfin, pas tout à fait… une ligne de commande a été nécessaire pour installer Portainer en lui-même 😉

Il offre une vue d’ensemble de mes conteneurs et me permet de surveiller leur état. Portainer me simplifie la gestion des conteneurs Docker

Mes 5 conteneurs Docker préférés Mes 5 conteneurs préférés

La fiabilité et les fonctionnalités avancées de Proxmox

Outre sa facilité d’utilisation, Proxmox se distingue par sa fiabilité et ses fonctionnalités avancées. La plateforme utilise l’hyperviseur KVM (Kernel-based Virtual Machine). Il offre de très bonnes performances et une isolation des machines virtuelles. Aussi, Proxmox prend en charge la migration en direct des machines virtuelles entre les nœuds, ce qui permet une haute disponibilité et une reprise après sinistre sans interruption. La possibilité d’utiliser des clusters de serveurs avec Proxmox me permet d’étendre facilement mes ressources en fonction des besoins de mon infrastructure. J’avoue que je ne dois utiliser que 10 à 20% des possibilités offertes par Proxmox, mais cela répond à mes besoins.

Conclusion

Après un an d’utilisation de Proxmox pour mes machines virtuelles et Docker avec Portainer, je suis ravi des résultats obtenus. La combinaison de Proxmox en tant qu’hyperviseur et de Portainer pour la gestion des conteneurs m’ont permis d’amélioré l’efficacité de mon installation. Proxmox et Portainer sont pour moi une combinaison gagnante dans la virtualisation et la gestion des conteneurs.

  1. Salut, je l’utilise aussi sur pc lenovo de type tiny pour mon home assistant et un debian. (Voir mon article ici) Pratique pour faire un snapshot avant de faire des maj qui peuvent parfois faire planter votre domotique.

    J’ai aussi mis un stockage NFS avec mon syno et programmé une sauvegarde tous les soirs d’une VM vers le nas avec un cycle de roulement pour ne pas avoir trop de backup. En cas de crash total j’ai cas restaurer la vm depuis le nas.
    Promox m’a fait un truc étrange une fois, mes 2 VM étaient en erreur I/O j’ai pas trouver la raison j’ai simplement reboot le pc.

    1. Pour les backups de vm proxmox, si ton nas est assez puissant ( série +) créer une vm proxmox backup server sur le nas ( avec une connection nfs entre la vm et le nas) est une solution un peu tordue à mettre en oeuvre mais qui tourne bien ( les permissions nfs sont un peu difficiles à mettre au point).
      Dans mon cas, mes backups pbs sont transférés sur un espace cloud à l’aide de hyperbackup.
      enfin, https://www.tuxis.nl/proxmox-backup-server/... pour un « proxmox backup server » dans le cloud ( 150GB gratuit)

  2. Bonjour,
    J’ai mis aussi en place il y a plusieurs semaines un Proxmox sur un ancien PC équipé d’un Xeon et de 32Go de RAM. Associé à un SSD de 128Go pour les disques virtuels systèmes et un disque dur de 4To pour les données, je peux configurer mes VMS selon mes besoins :-).
    Pour ma part, j’ai préféré installer Docker sur une VM Ubuntu mais j’utilise aussi Portainer qui permet une utilisation plus aisé des conteneurs ^^.
    Autre avantage de Proxmox, c’est sa possibilité de proposer des conteneurs LXC, très pratique pour déployer rapidement un WordPress quand j’ai besoin.
    Par contre, comme Sebr, j’ai configuré une sauvegarde automatique de mes VM tous les jours sur un PC fanless ayant un disque dur de 2to et connecté en samba à Proxmox. Même si la solution de sauvegarde est pratique et efficace, c’est dommage qu’elle ne soit pas plus complète. Peut-être faut-il utiliser Proxmox Backup Server ?
    En tout cas, merci pour ce retour d’expérience agréable à lire :-).

  3. Bonjour,
    a titre perso j’ai aussi installé promox 7.4 sur un mini pc à base de n5105 et 6 ports I226. Côté containers pas de soucis, cela fonctionne et c’est très stable. Par contre côté VM Linux ce n’est pas la même histoire, freezes intempestifs et ceal de manière aléatoire. J’ai tout testé, changé la mémoire, le ssd, rien n’y a fait: toujours des freezes aléatoires. J’ai passé des heures à essayer tous les tips trouvés sur les forums spécialisés car malheureusement je ne suis pas le seul à avoir ces pb. Au bout du compte j’ai réussi à stabiliser l’hyperviseur en mettant à jour le microcode du proc. Pour le moment j’ai enfin 1 mois d’uptime mais cela m’a quelque peu refroidi. Je ne m’attendais pas à avoir une solution aussi stable et sophistiquée que HyperV ou ESXi mais au moins un truc « roc stable ».
    A cela se rajoute le fait qu’il faille en permanence aller en ligne de commande sur l’hyperviseur si l’on veut créer des configurations réseaux évoluées ou si l’on veut importer des VM, plus la multitudes de patch/fix/maj qui obligent à redémarrer (patches debian + patch proxmox), bref c’est sympa comme produit pour celui qui aime mettre les mains dans le cambouis, mais à titre Pro, je n’échangerai pas un de mes ESX contre un Proxmox.

  4. Ca me donne envie de tester ça sur mon NUC core i3-8109 16 go ram, 1 ssd sata 250 go + 1 ssd sata nvme 1 to.

    Je l’utilise actuellement avec batocera, et comme je n’y joue presque plus je pourrais reconvertir la machine en proxmox…

    Je pense que la config irait, si je tire pas trop dessus…

    1. J’ai .. j’avais un batocera sur un NUC i7100U, j’ai tout dégagé et installé proxmox/HA/AdGuard
      Le CPU est moins puissant que le tien et je suis a 2-3% d’utilsiation CPU en moyenne (16Go/512 NVME pas de SATA pour limiter la consommation electrique).
      J’ai environ une soixantaine de devices dans HA.

  5. Quel dommage que PROXMOX (pour des raisons purement philosophiques !) ne gèrent pas docker directement (mais seulement LXC) – pour faire du docker, çà oblige à rajouter une couche « VM » (juste pour faire tourner un démon docker), ce qui est … inutile / idiot en soi.

    1. Tu peux deployer docker à l’intérieur d’un conteneur LXC, pas nécessaire d’ajouter une couche de virtualisation.

      1. Cela revient à faire un container dans un container. On ajoute donc une couche de « virtualisation ». C’est ce que je fais (guacamole, ubiquiti, adguardhome…etc…) et cela fonctionne très bien. Mais cela aurait plus sympa d’avoir une gestion native des containers docker.

        1. J’ai choisi de splitter mon docker compose home assistant zigbee2mqtt,… En utilisant les template de conteneur via proxmox j’en suis content. j’arrivais à faire tourner mon docker compose mais j’ai préféré cette solution pour éviter que tout tourne en privileged (pas reussi a bien utiliser le dongle zigbee sans) ça me permet de suivre et gérer dans proxmox par conteneur sans un autre outil type portaineur

          Le plus relou dabs proxmox le partitionage par défaut mais bon que 256 gb de ssd il m’a limiter à 60 gb de dispo pour les lxc kxe je vais donc installer un autre ssd plus grand et restaurer les backup

    2. Rien ne t’empêches d’installer docker directement sur Promox :).
      C’est un linux debian, il suffit d’ajouter le dépôt docker dans source.list.d 😀

  6. Quelqu’un sait-il si Proxmox a fait des progrès sur l’iGPU passthrough, depuis 1 an? J’ai quitté proxmox pour esxi car cette fonction était complètement instable alors que cela fonctionne parfaitement avec esxi.
    Je parle d’iGPU passthrough vers une VM et non LXC, en insistant bien ur le côté iGPU car le GPU passthrough semble plus stable dans Proxmox.

    1. Bonjour,
      voila plusieurs mois que je tente de faire fonctionner le vgpu avec proxmox et j’y arrive toujours pas, vous avez des nouvelles sur le sujet svp ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.