Test de l’enceinte Sonos One (Gen 2)

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aujourd’hui, je vous propose mon test de la toute dernière enceinte connectée Sonos One (Gen 2). Pour rappel, cette seconde version dispose de composants revus à la hausse (plus de mémoire, processeur plus puissant) et intègre désormais le Bluetooth LE. Son prix reste inchangé : 229€

Test Sonos One (Gen.2)

Tout d’abord, il faut savoir qu’il s’agit de ma première enceinte Sonos. Bien sûr, je connais le fabricant, son principe de fonctionnement et tout l’écosystème autour de ses enceintes. Mais c’est ma première acquisition. Pourquoi cette enceinte ? Voici ma petite liste des critères (ranger par niveau d’importance) :

  1. La qualité du son et le support de nombreux formats audio ;
  2. Le design élégant (avec choix de la couleur);
  3. Multiplate-forme (smartphone, tablette, ordinateur);
  4. Streaming de musique depuis mon NAS ;
  5. Compatible AirPlay 2.

Le dernier point était optionnel, cependant l’usage fait que c’est un point important. C’est donc la Sonos One qui répondant le plus à mes attentes. À noter qu’elle est également résistante à l’humidité. Il est donc possible de l’installer sans risque dans une salle de bain.

Contenu du carton

Commençons par le contenu du colis, on retrouve :

  • L’enceinte Sonos One (161,45 x 119,7 x 119,7mm et 1,85 kg sur la balance) ;
  • Un guide de démarrage rapide ;
  • Le câble d’alimentation.

Rien de plus, rien de moins… Les matériaux sont de bonne qualité et les finitions sont soignées. C’est un très joli produit.

Seule l’indication « Gen 2 » au-dessous de l’appareil permet de s’assurer que nous sommes bien en présence de la dernière génération de la Sonos One.

Installation

L’enceinte Sonos One a été positionnée dans une chambre (environ 12m²). L’installation est facile. On lance l’application sur son smartphone/tablette et on suit les étapes. La connexion au WiFi est facilitée, grâce au téléphone (Bluetooth ?) : aucun code n’est à taper. Avant de lancer le premier morceau, il est possible de calibrer l’enceinte (appelé TruePlay, uniquement accessible avec un appareil iOS). L’enceinte va émettre des sons assez forts et votre smartphone va les enregistrer/analyser… La magie opère. Bien sûr, il ne faut pas de bruits perturbateurs durant cette phase et vous devrez vous déplacer dans la pièce, en bougeant de haut en bas votre smartphone. Je ne saurai vous dire si cette opération apporte un plus ou non. Il faudra que je réalise des tests poussés et je ne suis pas sûr que la différence soit flagrante. Cependant, c’est facile, rapide et ça rassure.

Une fois les réglages terminés, l’application va vous permettre d’ajouter vos sources de streaming : Apple Music, Spotify, Amazon Music, Deezer, Google Play Music, Plex, Qobuz, SoundCloud, Tidal, YouTube Music, etc. Près de 70 services musicaux sont présents dans l’application. On y trouve même My Cloud Home de WD et Plex. Il est aussi possible d’accéder à un partage réseau via SMB/CIFS (ex. : NAS Synology ou Qnap). La procédure n’est pas tout à fait là même, mais cela reste relativement aisé.

Envoie le son…

Pour envoyer de la musique, il est possible de passer par l’application mobile (smartphone / tablette) ou de celle pour ordinateur (Windows / macOS). Les applications permettent de sélectionner une source et d’envoyer le son. Ensuite, l’enceinte est autonome (inutile d’avoir l’application ouverte ou en tâche de fond). De plus, comme la Sonos One est compatible AirPlay 2, vous pouvez envoyer de la musique depuis n’importe quelle application iOS / macOS. Dans ce cas, il est inutile de passer par l’application Sonos.

Sur le dessus de l’enceinte, on retrouve une surface tactile avec plusieurs fonctions offertes :

  • Au centre, le bouton Play/Pause
  • De chaque côté un bouton pour le volume
  • Si on glisse le doigt de droite à gauche, on passe à la piste suivante et de gauche à droite vers ma piste précédente
  • au-dessus, le bouton permettant d’activer l’assistant vocal (Alexa pour le moment).

L’interface tactile est réactive et agréable. Pour les formats audio pris en charge directement par l’enceinte (tous les systèmes Sonos) :

  • MP3 (jusqu’à 320 kbit/s),
  • WMA (jusqu’à 355 kbit/s),
  • AAC (jusqu’à 320 kbit/s),
  • OGG (jusqu’à 320 kbit/s),
  • FLAC (jusqu’à 1411 kbit/s),
  • ALAC (jusqu’à 1411 kbit/s),
  • AIFF (jusqu’à 1411 kbit/s),
  • WAV (jusqu’à 1411 kbit/s).

Pour en savoir plus, je vous renvoie sur cette page du fabricant.

Je ne suis pas fan des assistants vocaux et je n’ai pas activé le service. Si vous êtes moins méfiants, sachez que le microphone est désactivé par défaut. Si vous paramétrez Alexa, 2 possibilités s’offrent à vous :

  • Appui sur le bouton micro, il est ouvert… on relâche : le micro se coupe ;
  • Appui sur le bouton micro, il est ouvert… et d’utiliser le mot de sortie de veille lorsque c’est nécessaire. On appuie une nouvelle fois pour couper le micro.

Un voyant est allumé lorsque le micro est ouvert.

Sonos a fait le choix de ne pas utiliser le Bluetooth pour des questions de perte de qualité (compression, portée…). Le WiFi n’est pas sans défaut non plus, mais il apporte un débit plus important ainsi qu’une meilleure portée. On notera également la présence d’une prise Ethernet RJ45 non Gigabit si votre WiFi n’est pas performant.

Qualité

Même si cette enceinte est récente (lancée début mars), la partie audio n’a pas évolué par rapport à la version précédente. Dès les premières notes, on sent que l’enceinte en a sous le pied. On monte prudemment le volume, le son est clair et aucune distorsion n’est à noter. On change de source, c’est rapide… fluide. L’enceinte produit un très bon son. L’écoute est agréable, le son est rond et les basses sont profondes. La voix est bien placée. On se retrouve avec une scène musicale bien centrée, même si on regrettera une certaine directivité. Que ce soit du rock, de la pop, du reggae, du rap ou de la musique classique… L’enceinte sans-fil Sonos arrive à faire le grand écart sans difficulté et offre un très bon son… même en poussant le volume.

Conclusion

À une époque encore proche, Sonos obligeait les utilisateurs à disposer d’un boîtier dédié à la connexion sans fil. Maintenant, il n’est même plus nécessaire d’utiliser l’application pour profiter pleinement de l’enceinte… grâce à l’AirPlay 2. Bien sûr, si vous voulez vraiment exploiter tout le potentiel de l’écosystème Sonos, l’application est plus que recommandée. Le son est puissant, l’enceinte est à l’aise, quel que soit votre choix musical. Les basses sont bien présentes malgré la petite taille de la One. Cependant, on regrettera l’absence du Bluetooth pour envoyer la musique (tout du moins, pour le moment). On déplorera également l’absence d’un bouton On/Off, même si l’enceinte se met en veille automatiquement (au bout de 3 minutes). L’absence d’entrée audio pourrait également manquer à certains.

L’AirPlay n’était pas un critère important lors de l’achat. Cependant, le service de diffusion Apple s’est avéré redoutable notamment avec les enfants (2 ados à la maison). La simplicité de gestion de plusieurs enceintes/système musicales (autres que Sonos) apporte un vrai plus. Inutile d’avoir une application pour envoyer le son sur plusieurs enceintes simultanément dans tout votre logement.

Partager.

A propos de l'auteur

Passionné de nouvelles technologies, je suis un touche-à-tout. Mon smartphone ne me quitte (presque) jamais. Je peux vous parler des NAS pendant des heures.

2 commentaires

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.