Test NAS Netgear ReadyNAS 626X, la puissance !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
On passe à un niveau supérieur sur Cachem ! Dans ce test, je vais vous présenter un NAS qui a de la puissance à revendre. Il s’agit du Netgear ReadyNAS 626X. Les NAS sont maintenant partout… dans les maisons, dans les petites entreprises et maintenant dans de plus grandes entreprises. Cela demande de la puissance pour gérer les multiples utilisateurs qui se connecteront pour sauvegarder leurs fichiers. Vendu en boîtier nu (sans les disques durs), vous pouvez aussi le retrouver avec 6 HDD de 1, 2 et 3To. Pour ce test, il s’agit d’un modèle dans lequel nous avons monté 6 HDD de 4To.

Netgear ReadyNas 626X

Contenu du carton

Pas grand-chose, on retrouve un câble secteur et une clé USB Bluetooth pour faire l’installation depuis un mobile. Le NAS est sûrement livré avec plus de choses, mais la raison pour laquelle il n’y a pas tout c’est que le matériel nous est prêté et que nous ne sommes sûrement pas les premiers à le tester.

Caractéristiques techniques

  • Processeur serveur Intel Xeon D-1521 Quad Core 2,4 GHz
  • Mémoire : 8Go DDR4 ECC
  • Un port eSata, 3 ports USB 3.0 dont un à l’avant, 2 ports Ethernet 1Gbit/s, 2 ports Ethernet 10Gbit/s
  • Raid 0, 5, 6, 10 et 50
  • Ventilation: Un principal de 120mm et un second de 40mm sur l’alimentation.
  • Taille: 287,5 x 192 x 259mm

Aspect extérieur du NAS

Sur la face avant, on trouve un port USB 3.0 (très pratique pour une sauvegarde rapide), un écran LCD qui donne des informations utiles comme la température du CPU et du système, la vitesse du ventilateur, l’espace utilisé sur les HDD, la température des 6 HDD et permet de lancer une copie rapide de sa clé USB… 5 boutons vont permettre de naviguer sur l’écran, côté design la façade cache une porte donnant sur les 6 baies des disques durs et le bouton Marche/Arrêt.

L’arrière du NAS

Sur l’arrière, on trouve le ventilateur principal de 120mm et on aperçoit l’aération du ventilateur de l’alimentation.
Côté connecteur, ReadyNas 626X dispose d’un port e-sata pour relier une unité d’extension, 2 ports USB 3.0, 2 ports 1 Gbit/s et 2 ports 10 Gbit/s. On peut voir un emplacement pour le montage d’une carte low-profil, mais pas de port derrière sur la carte mère.

L’intérieur du NAS

L’accès à l’intérieur ne sera pas nécessaire, mais il est toujours bon de voir ce qu’il se cache. On retrouve les 6 HDD et plus bas un bloc d’alimentation. De l’autre côté, on aperçoit un port M2 mais rien n’est donné sur son utilisation dans le manuel ou dans les spécifications techniques. Chez d’autres fabricant un SSD M2 sert de système de cache. Pour les connecteurs des disques durs, on trouve du SATA, dommage de ne pas avoir du SAS afin de pouvoir monter des disques plus rapides surtout sur un NAS avec une telle puissance. Aucun visuel sur la carte mère… il faudra identifier l’emplacement du CPU et de la mémoire par les ouïes d’aération avant. Avec un tel processeur, je voulais savoir si celui-ci avait un ventilateur ce qui n’est pas le cas. On aperçoit aussi les slots mémoires, j’ai pu identifier des barrettes standard et 4 slots dont 2 occupés. Il sera donc possible d’augmenter la capacité.

Les disques durs

Le Netgear ReadyNas 626X est vendu nu ou avec les disques durs. Pour ce test, c’est une version nue avec 6 HDD de marque Seagate modèle Baracuda en 4To. Pour les modèles vendus complets, nous avons le 626XE3 avec 6 HDD de 1To, le 626XE4 avec 6 HDD de 2To et le 626XE6 avec 6 HDD de 3To.
Les disques sont montés sur le caddie par un système de rail ne nécessitant aucune vis. il n’y a pas de silentbloc pour limiter les vibrations et le bruit.

Mise en marche et installation

Rien de plus simple, lors de l’allumage du NAS… celui-ci vous affiche sont IP sur l’écran, rendez-vous à l’adresse et nous voici sur l’assistant d’installation.

Une fois l’assistant terminé, nous arrivons sur une interface classique. Classique dans le sens où nous naviguons sur celle-ci par des menus et non un bureau comme on le trouve chez les concurrents. Les menus sont clairs et bien disposés cela ne pose aucun problème pour trouver ce que l’on cherche à régler.

Dans les menus nous retrouvons les principaux réglages comme les partages, les comptes utilisateurs, les applications, le cloud, la gestion des sauvegardes, la configuration des volumes, un explorateur de fichiers …

Un sous-menu performance permet de monitorer le NAS et nous donne toutes les infos sur les différentes températures, les débits de chaque carte réseau ou dans sa globalité, mais rien sur la consommation du CPU. On peut aussi sélectionner le mode de ventilation.

Un bon point, même si ce NAS ne possède pas de bureau il est tout à fait possible d’installer des applications et la liste est longue, on retrouve les fondamentaux comme Plex, µTorrent, Docker, PHP, PHPMyAdmin …

Côté Cloud, là aussi, nous avons le choix avec les différents services d’Amazon, Google Drive, Dropbox, Microsoft OneDrive… On reste dans la sauvegarde avec une bonne nouvelle pour les utilisateurs de Mac. Vous pourrez activer Time Machine et aussi choisir le protocole.

Transcodage

Avec son processeur Xeon, ce NAS est tout à fait capable de transcoder un fichier vidéo 4k. Pour rappel le transcodage permet de visionner votre vidéo sur tous vos appareils, celui-ci va réencoder en temps réel dans le format adéquat pour que votre tablette, téléphone ou autre appareil puissent lire la vidéo. Un petit test, j’ai mis plusieurs fichiers vidéo de démo 4K et lancé la lecture de chacun d’eux, après quelques secondes le NAS lance la vidéo et transcode très rapidement la vidéo.
Par contre, lorsque l’on fait des bonds sur la timeline… celui-ci n’arrive pas à relancer la vidéo. Sur l’interface serveur, nous avons une indication Engorgé ! Je n’ai pas eu le cas sur tous les fichiers 4k et sur un des mes 3 fichiers la lecture n’a pas du tout démarrée ni même la conversion.

Performances

Pour la réalisation de ces tests, le NAS est connecté en 10Gbit/s et un second équipement (Un serveur Dell avec 9 HDD en Raid0) lui aussi en 10Gbit/s.

Débits et transferts

Pour rappel, voici le protocole de tests utilisé sur Cachem. Employé depuis de nombreuses années, il permet d’obtenir des données fiables et comparables (aux autres NAS testés ici). 3 applications de mesure sont utilisées. Ensuite, des transferts de fichiers de tailles différentes dans les 2 sens (NAS vers Ordinateur puis Ordinateur vers NAS) sont réalisés :

  • Petite taille : 160 fichiers d’une taille allant de 500 Ko à 12 Mo (MP3, Photos, Office) ;
  • Taille moyenne :  14 fichiers de 12 à 350 Mo (DivX, fichiers RAW, Zip) ;
  • Volumineux : 13 fichiers ayant une taille comprise entre 4 et 10 Go (MKV, ISO).

À l’issue des tests, une moyenne des transferts (exprimé en Mega-Octets par seconde) est calculée et représentée sous forme de graphiques. Plus le nombre est important, plus le NAS est rapide. Pour ces tests, le NAS a été configuré en RAID 0 avec 6 disques (6*4To Seagate Barracuda) et le firmware et à jour.

Nous sommes très proches du 10Gbit/s et je pense que nous aurions atteint le débit max. On remarque un gros écart entre les fichiers moyens et petits.

Chiffrement activé


Avec le chiffrement activé le débit en lecture descend nettement ce qui n’est pas le cas pour les fichiers en écriture. On remarque aussi que le débit des petits fichiers est plus rapide en écriture qu’en lecture. J’ai refait plusieurs fois le test, mais l’écriture reste toujours plus rapide.

Consommation et nuisance sonore

Testé avec un wattmètre, le NAS éteint consomme 7W. Une fois allumé et au repos, il passe à 68W. Lors du test de débit qui sollicite les 6 HDD, on passe à 90W. Avec l’activation du chiffrement (qui sollicite davantage le CPU), on arrive à 94W.
Côté bruit, il est très silencieux avec un tel CPU. On aurait pu croire l’inverse, mais non en mode silencieux (soit à environ 800 tr/min), le processeur sera à 42° lors d’une simple utilisation. Il est possible de changer manuellement les vitesses de rotation. Le bruit de la rotation des 6 HDD passe au-dessus du bruit des ventilateurs.

Conclusion

Certes il ne possède pas une interface de type bureau, ça n’empêche pas l’installation d’applications pour faire les mêmes choses que sur les NAS des concurrents. Il ne se limite pas à stocker, mais il peut aussi très bien faire office de centrale multimédia, téléchargement, serveur WEB… Les 6 baies permettent une grande capacité de stockage et son processeur Xeon permet d’atteindre de très bons débits, sans saturation lors de la copie. Toujours grâce à ce CPU lors de l’utilisation générale du NAS, on ne remarque aucun ralentissement et un autre point positif est sa nuisance sonore presque inaudible. La multitude de ports permettra de faire beaucoup choses avec les ports USB tout comme avec les 4 ports Ethernet.

8.4 Très bon

Du silence et de la puissance, ajouter à cela un large catalogue d'application cela fait un NAS pour tout type d'utilisation.

  • Matériel / Design 9
  • OS / Applications 8
  • Performances 9
  • Prix 7.5
Partager.

A propos de l'auteur

Dans l'informatique depuis mon plus jeune âge, c’est maintenant mon métier. J'aime tester, apprendre, découvrir. C'est avec plaisir que je partage tout cela et c'est aussi la raison qui m'a fait rejoindre l'équipe de Cachem.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Synology 2019, réserver le 9 octobre (Paris)

Tous les ans, Synology donne rendez-vous à ces utilisateurs particuliers et professionnels, partenaires et journalistes... C'est l'événement à ne pas...

Fermer