Test du Synology BeeStation

Depuis quelques semaines, nous avons entre nos mains le Synology BeeStation. Ce dernier devrait arriver officiellement en mars. En avant première, nous vous proposons de découvrir ce nouveau produit qui devrait en surprendre plusieurs. En effet, il ne s’agit pas d’un NAS comme les autres (DiskStation). Synology le présente comme un Cloud Personnel. Ce petit boitier est équipé par défaut d’un disque dur, prêt à l’emploi : il vous suffit de le brancher et il fonctionne (presque) immédiatement. Synology pousse encore plus loin la simplification de l’expérience utilisateur.

Test Synology BeeStation (BST150)

Même si ce n’est pas un NAS Synology comme les autres, vous allez découvrir que le fabricant propose ici une expérience légèrement différente qui pourrait plaire. Le boitier dispose de nombreux atouts et la partie logicielle est vraiment simple. Découvrons ensemble ce nouveau NAS.

Contenu de la boîte

Dans le carton, vous retrouverez :

  • Le NAS BeeStation;
  • 1 câble réseau ;
  • Le bloc alimentation ;
  • Le guide de démarrage rapide.

C’est tout ! C’est minimaliste, il n’y a rien d’autre dans la boite.

Construction

Extérieurement, le design du BeeStation ne ressemble pas du tout à un DiskStation. La forme rappellera certains disque dur externe. Le boitier est en plastique noir (mat). Sur le dessus et le dessous, de nombreuses fentes (stries) sont présentes permettant une circulation d’air optimale. L’objectif est de maintenir une température stable à l’intérieur du boîtier et de favoriser la dissipation de la chaleur. En effet, le BeeStation ne dispose pas de ventilateur.

Le boîtier (équipé de son disque dur) est très léger, il affiche sur la balance 827 grammes. Ses dimensions sont les suivantes : 147 x 61 x 197 mm (H x L x P). Le NAS est relativement compact et léger.

Comme indiqué précédemment, le NAS est livré avec un disque dur par défaut. Ici, il s’agit d’un Synology HAT3300 de 4To… logique.

BeeStation vue arrière

Pour les interfaces de connexion, tout se passe à l’arrière. Le boîtier dispose de 2 ports USB 3.0 (dont un USB Type C) et 1 ports réseau 1 Gbit/s. C’est tout !

Intérieur du NAS

Le Synology BeeStation n’a pas officiellement été dévoilé, donc nous avons décidé de le démonter… entièrement. C’est ainsi que nous avons pu constaté que le NAS est construit processeur ARM Quad Core Realtek RTD1619B cadencé à 1,7 GHz épaulé par 1 Go de RAM. Le processeur est bien connu puisque c’est le même que celui du Synology DS223 lancé en janvier 2023. Pour la mémoire, 1 Go devrait être suffisant pour la plupart des gens (la cible de ce genre de produit).

A noter qu’il ne sera pas possible d’étendre cette dernière.

Démarrage du NAS

Synology a poussé encore plus loin dans la simplicité avec ce disque dur réseau. On branche l’adaptateur du BeeStation sur la prise secteur et on relie le cable réseau à sa box (routeur). C’est fini. Il ne reste plus qu’à appuyer sur le bouton marche/arrêt, situé à l’arrière. Dès l’appuie sur ce dernier, la LED (présente à l’avant) se met à clignoter en blanc. Pendant les premières secondes, il se passe rien… puis le disque démarre. 2 minutes et 15 secondes plus tard, le NAS émet un BIP bref et la LED passe en orange fixe.

Connexion au NAS

2 solutions pour se connecter. La première, c’est scanné le qr-code présent sous le NAS. La seconde, c’est d’aller sur cette page portal.bee.synology.com depuis votre navigateur préféré. A noter que le scan du qr-code véhicule dans l’URL le numéro de série du BeeStation. Si vous tapez l’adresse IP (locale) du NAS, cela renvoie vers le portail Synology.

Portail Bee Synology

On appuie sur le bouton bleu (avec la flèche vers la droite) et on arrive sur la mire de connexion Synology.

Nous avions déjà abordé ce cas avec BeeDrive (le SSD externe de Synology) et plus précisément son logiciel. Le BeeStation nécessite d’avoir un compte Synology. Une fois identifié, il faut accepter les conditions générales et le CLUF de Synology.

Il n’est pas obligatoire de cocher la seconde case.

Comme vous pourrez le constater à travers les captures d’écran ci-dessus, il y a 2 choses importantes à prendre en considération. La première, les étapes d’installation sont bien décrites et facile à réaliser. La seconde, c’est que le système n’est pas préchargé sur le disque dur. Le NAS n’est pas préconfiguré et aura besoin d’une connexion à Internet pour être installer (et fonctionner). Il n’est pas prêt, sorti de la boite.

Après une quinzaine de minutes, le BeeStation est accessible. Il ne reste plus qu’à le nommer…

Système et applications

Le système embarqué n’a rien à voir avec DSM, même si on peut noter ici et là quelques similitudes. D’ailleurs, le système se nommerait BSM. Nous testons ici la version 1.0-65133. Pour le paramétrage, l’interface est sommaire.

paramètres système Synology Beestation

Nous avons 6 entrées depuis le menu de gauche :

  • Stockage : une vue sommaire de l’utilisation du stockage
  • Utilisateurs : en plus de l’administrateur (propriétaire du boitier), il est possible d’ajouter jusqu’à 8 autres personnes ;
  • Système : une vue permettant de retrouver le nom du produit, son adresse IP (locale), réglage de l’heure, l’hibernation du disque, etc ;
  • Sauvegarde et restauration : il est possible de sauvegarder le NAS sur un support externe (USB) ou dans le Cloud C2 ;
  • Mettre à jour : comme son nom l’indique, il est possible de mettre à jour le système ou les applications pré-installée (BeeFiles et BeePhotos) ;
  • Paramètres avancés : ici on retrouve l’envoi par e-mail des notifications, l’assistance technique et l’accès local.

Il est important de noter que par défaut, le BeeStation n’est pas accessible sur le réseau local. Il faut passer obligatoirement par un navigateur… Mais, il est possible d’activer le partage SMB via le menu Paramètres avancés. Un compte local sera également à créer.

3 dossiers sont visibles depuis le réseau local : home, Media et TimeMachine. Par défaut, il sera bien possible de sauvegarder son Mac sur le BeeStation. Par contre, si le dossier Media pourrait faire croire que le DLNA est embarqué par défaut… ce n’est pas le cas.

dossiers Synology BeeStation

Depuis le dossier home, vous accéderez à Cloud services, Computers (synchronisation des dossiers de l’ordinateur sur le BeeStation), Files (fichiers depuis BeeFiles), Photos (fichiers de BeePhotos) et USB backup.

Menu des applications BeeStation

Les applications sur le NAS sont peu nombreuses (pour le moment). Au-dela de la page pour les paramétrages du boitiers, nous avons seulement BeePhotos et BeeFiles. C’est plutôt léger. On regrettera qu’il n’y ait pas un Centre de paquets pour installer des applications comme un antivirus, un serveur multimédia (DLNA), un gestionnaire pour les fichiers audio… Plusieurs petits indices laissent penser que d’autres applications/paquets arriveront prochainement. Lorsque nous avons envoyé des photos HEIC dans BeePhotos, ce dernier nous a conseillé d’activer Advanced Media Extensions (qu’il n’est pour l’heure pas possible d’installer).

Synology annonce 2 applications sur PC et Smartphone : BeeFiles et BeePhotos

On notera que BeeFiles permet également de synchroniser (dans un sens ou bidirectionnel) des données du BeeStation avec un Cloud (Dopbox, Google Drive et Microsoft OneDrive).
BeeFile depuis BeeStation
Depuis l’interface BeeFiles, l’aperçu de fichiers fonctionne plutôt bien : photo, audio, vidéo, document Word et Excel, PDF, TXT, PHP, JS…

Conclusion

Le Synology BeeStation est une belle surprise. Le boitier est livré avec un disque dur de 4 To, il est facile à prendre en main et rapide. Le produit intéressera tous ceux qui sont à la recherche d’une solution simple pour créer un Cloud Personnel. Pour une utilisation basique de stockage et de partage de fichiers, il se révèle être une solution efficace et conviviale. Malheureusement, à ce stade, le BeeStation manque encore de fonctionnalités. Toutefois, nous vous rappelons que nous avons reçu ce produit en avant-première et qu’il sera officiellement disponible dans un peu plus d’un mois. Plusieurs applications vont bientôt arriver, notamment sur PC et mobile.

Les utilisateurs avancés y verront une version bridée d’un NAS (fonctionnalités, applications). Ceux qui veulent  une configuration plus personnalisable, locale avec des options avancées… Le BeeStation pourrait ne pas répondre à leurs besoins.

Avec le BeeStation, Synology vise une nouvelle population, élargissant ainsi son portefeuille de produits pour toucher un public encore plus large. Le produit entre directement en concurrence avec les WD My Cloud. L’avenir nous dira si c’est un choix judicieux…